AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...

Invité


MessageSujet: L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...    Ven 8 Juin - 13:26

Le Serdaigle avançait d'un pas rapide dans les couloirs. Quelques regards se tournaient sur son passage, mais son regard dur indiquait qu'il valait mieux passer son chemin et ne pas essayer de sympathiser avec le jeune homme. C'était encore moins le moment que d'habitude ! Car oui, cela est possible ! Il tenait de sa main gauche un étui de cuir noir usé, renfermant son violon. C'était tout de même intrigant de le voir se promener avec cela à la main dans la moitié de l'école, mais personne n'osa lui poser de questions. Il les avait bien habitués au final avec ses répliques glacées...

Il finit après la montée d'un volée de marche par arriver dans la volière. L'endroit était presque silencieux, les quelques oiseaux présent dormaient. Il faisait trop jour pour que les chouettes et autres hiboux n'aient envie d'aller chasser. Le jeune homme avança vers une fenêtre, allant s'asseoir sur le rebord de celle-ci. Tant pis pour le froid, c'était l'endroit le plus confortable pour s'installer. Son pull était épais, il ne devrait hériter que de quelques frissons par cet usage.

Ses mains posèrent l'étui sur ses genoux et délicatement, il s'empara de l'instrument. Sa housse fut posée par terre, dans un coin propre. Il cala le violon sous son menton. L'odeur du vieux vernis monta à ses narines, une odeur familière, délicate, évoquant pour lui de nombreux souvenirs. Les rares bons souvenirs qu'il avait, avec son père. Il le voyait, lui mettant le violon dans les mains avec un sourire attentionné, et cet amour dans le regard. Tout était un peu flou, mais il savait que c'était un bon moment. Ses doigts se posèrent sur les cordes, les effleurant avec nostalgie. Puis l'archer vint aussi de poser sur elles, faisant naître un son juste, délicat.

Quelques oiseaux ouvrirent les yeux au son de ces notes inhabituelles. Certains s'envolèrent, gênés, d'autres semblaient fascinés. Le garçon, lui, avait fermé les yeux. Il voulait profiter de ce que ces sons réveillaient en lui. Il ressentait le froid de Russie, mais aussi la présence de ses parents, il entendait leurs rires, leurs voix. Il sentait leur amour. En fait, c'était sans doute cela qui lui manquait le plus, de ne plus les avoir pour le soutenir, pour le protéger. Ils étaient partis trop tôt. Il ne pouvait pas leur en vouloir. Au contraire, ils avaient déjà tellement fait pour lui. Ils avaient défié tellement de problèmes pour lui offrir la vie qu'il ne pouvait être que reconnaissant, mais, ils lui manquait énormément. Terriblement.

Il continua de jouer. Un morceau complexe que son père savait jouer parfaitement. Mais il n'était pas son père. Arrivé au passage le plus compliqué, il rata un enchaînement. L'alchimie se rompit. Il ouvrit les yeux, secoué en quelque sorte, revenant dans un monde qu'il aurait aimé différent. Sur ses joues, on pouvait distinguer quelques larmes qu'il s'empressa d'essuyer d'un revers de main.

Son regard perçut alors la présence de quelqu'un. Une fille plus précisément. Une fille qui s'acharnait à vouloir faire connaissance avec lui depuis... Six ans ? Oui, certaines personnes sont réellement butées. Il ne dit rien, se contentant de la regarder avec son habituelle froideur, peut-être légèrement accentuée par le fait qu'il se croyait seul et qu'il avait révélé un peu trop ses faiblesses.


« Je peux t'aider peut-être ? »finit-il par demander d'une voix directement arrivée de Sibérie.
Revenir en haut Aller en bas
Victoria Powell
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 22


Identité
Élève de: 6ème année
Animal: Chat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...    Sam 9 Juin - 12:30

Victoria sortit de la commune des Poufsouffles avec son habituel grand sourire aux lèvres. Elle était vraiment de bonne humeur ce matin là et saluait les gens qui passaient d'un petit signe de la main en se baladant dans les couloirs, ne sachant pas très bien où aller. C'est vrai, il était tôt et elle n'avait rien de presser à faire. Elle sortit de la grande bâtisse malgré le froid ambiant. C'est sûr qu'au matin, l'air n'était pas chaud et la jeune fille resserra donc autour de son cou son écharpe portant les insignes de sa maison. Elle regarda au alentour, il n'y avait personne surtout qu'à une heure pareille, ils étaient souvent tous en train de manger. Pas grave, une balade matinale, ça ne fait de mal à personne.

Ses pas la dirigèrent donc instinctivement vers la volière, un des endroits de l'école où elle aimait bien passé pour observer la beauté des oiseaux. Alors qu'elle s’apprêtait à entrer, elle entendit une musique retentirent. Une musique magnifique jouée au violon. Pause. Stop. Un violon ? Elle jeta un regard rapide vers la personne qui jouait pour vérifier qu'elle ne se trompait pas. Mais c'était bien lui, Nikita, sûrement le seul joueur de violon de Poudlard, et qui en plus était, d'après elle, un virtuose dans cet instrument, même si elle ne l'avouerait jamais. Elle était bien trop fière.

Elle resta donc là à écouter le Serdaigle jouait un morceau qui, elle le devinait, devait être très dur. Elle aurait peut-être mieux fait de partir parce qu'il n’apprécierait sûrement pas de la voir là, surtout elle. Ca faisait maintenant six ans qu'il faisait tout pour faire comprendre à la Poufsouffle qu'il ne voulait ni la voir, ni l'entendre, donc il n'allait sûrement pas être heureux de la voir ici. Malgré cela, elle s'approcha un peu de lui, révélant sa présence, même si pour le moment, il ne pouvait pas la voir comme il avait les yeux fermés. Jusqu'au moment où la musique se stoppa, qu'il aperçut Victoria et qui lui demanda les raisons de sa présence d'une voix froide, comme à un son habitude.

« Je passais dans le coin quand j'ai entendu de la musique. »

Victoria n'était pas bête et même si elle rêvait de le savoir, elle tenta de ne pas lui poser de questions gênantes du genre « Pourquoi tu pleurais en jouant ? » parce que même si la musique était émouvante, elle se doutait que ce n'était pas l'unique raison.

« Tu sais que tu joues hyper bien ? On doit souvent te le dire, mais je le pense vraiment. »

Elle était impulsive dans des cas comme ça mais de toute façon, ça ne servirait à rien de lui cacher. Elle lui fit ensuite un grand sourire, un de ces sourires sincères qu'elle faisait depuis six ans et dont il s'en fichait royalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...    Dim 10 Juin - 16:55

On ne peut pas réellement dire que Nikita détestait Victoria. Disons plutôt qu'il ne comprenait pas pourquoi elle persistait à vouloir lui parler, alors qu'ils n'avait rien à partager, rien à échanger, s ce n'est des banalités. Il n'aimait pas cela. C'était tout. Et il n'aimait pas qu'on persiste à vouloir imposer sa présence. Il n'y avait rien de plus que cela. Disons que même si elle l'agaçait, elle était loin de réveiller en lui des instincts violents comme le faisait si bien d'autres élèves. Non, elle était juste... fatigante ? Oui ce devait être le mot juste.

Mais là, elle le trouvait dans une position qu'il n'aimait pas montrer. C'était aussi pour cela qu'il avait fini par s'isoler pour jouer. Les rares fois où il avait tenté de jouer dans la salle commune des Serdaigles, il n'avait pas apprécié l'attroupement et les commentaires qu'on lui faisait. Il jouait pour lui seul, pas pour le bon plaisir des autres. Qui plus est, il venait lamentablement de rater son enchaînement de trilles et d'accords. C'était pathétiquement mauvais. Du moins, avec son regard intransigeant et perfectionniste.

« C'est pour cela que j'essaie de jouer loin des pièces fréquentées du château. Il faut croire que dès qu'on entend jouer de la musique, on ne peut s'empêcher d'accourir. C'est assez exaspérant comme comportement. »commenta-t-il avec un air blasé.

Pour la diplomatie, il repasserait, mais au moins, il disait clairement qu'il n'appréciait pas qu'on l'observe quand il jouait. Mettre les points sur les « i », ce n'était pas forcément une mauvaise chose. Et puis, elle semblait résister à ce genre de remarque puisqu'elle continuait à lui parler inlassablement. Alors pourquoi la ménager ? Il déplaça son violon, le posant avec précaution sur ses genoux, délicatement, presque amoureusement. Son archet allant se poser lui aussi sur ses cuisses.

Il eut un haussement de sourcil à son compliment. Elle semblait sincère et pourtant de son point de vue, cela ne pouvait être que de la moquerie. Ou alors, elle était complètement novice. Chose totalement probable. Et il est très facile d'épater les novices. Il eut donc un léger rire, amusé par son comportement. Au final, cette fille avait peut-être une qualité : elle était touchante de naïveté, et c'en était drôle.


« A vrai dire, je ne joue pas si bien que cela, j'ai juste quelques connaissances. Et pour prouver mes dires, sache qu'au moment où je me suis arrêter je venais de rater complètement un enchaînement. Pas de quoi me féliciter donc. Et contrairement à ce que tu dis,non, mes talents musicaux ne poussent pas vraiment aux compliments. Surtout dans ma famille. » avoua-t-il avec un sourire que certains diraient ironique ou alors un peu triste, tout dépendait de l'interprétation.

Ses doigts parcouraient doucement le bois de l'instrument dont le vernis commençait à vieillir visiblement. Parfois ils allaient effleurer les cordes. Sa main n'aurait pas été plus douce sur le corps d'un amant. Son regard était toujours posé sur la jeune fille.


« Et puis, à vrai dire, je ne connais que des musiques « moldues » et ici, je n'ai pas forcément envie de m'exposer aux critiques. Tout le monde n'est pas aussi fin mélomane que toi. Sorti des Bizarr'sisters, les autres élèves sont un peu perdus... »déclara-t-il avec un hochement d'épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Victoria Powell
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 22


Identité
Élève de: 6ème année
Animal: Chat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...    Dim 10 Juin - 17:55

Comme elle s'en doutait, le violoniste n'était pas vraiment heureux de la voir. En même temps, vu l'état dans lequel il était à la fin du morceau, ce n'était pas dur à deviner, surtout qu'il n'aimait pas vraiment la voir en temps normal. D'ailleurs, Victoria n'avait jamais compris pourquoi. C'est vrai que c'est quelqu'un de très froid qui n'avait pas l'air d'aimer la présence des autres, mais pour elle, il y avait quand même des limites. Et puis, elle n'était pas fatigante que ça, si ? Elle ne connaîtrait sûrement jamais la réponse, mais ce n'était qu'un détail. Elle perdit soudain son sourire, ce qui était quelque chose de très rare chez la Poufsouffle. Dans sa dernière phrase, il lui avait très bien fait comprendre que, comme d'habitude, sa présence le dérangeait. Alors pourquoi, pour une fois, elle se sentait mal par rapport à ça ? Sûrement le fait de le voir autrement que comme un glaçon ambulant. C'est vrai que pour une fois, elle s'en voulait parce qu'elle avait vraiment conscience d'être arriver au mauvais moment, action qu'elle haïssait car elle savait comment ça pouvait être dur pour la personne concernée.

« A croire que c'est plus fort que nous. En même temps on entend pas souvent de musique ici, à part les sortilèges. En tout cas, je suis désolée. La prochaine fois je ferais un effort pour pas venir quand je t'entendrais. Mais juste à ces moments-là. »

Elle lui fit un petit sourire en le regardant prendre soin de son violon. Pour elle qui n'était pas musicienne, l'amour qu'il portait à l'instrument aurait du lui paraître insensé mais bizarrement, sur le coup, elle parut le comprendre mais ne dit rien. Malgré ce qu'il devait penser, elle savait se taire de temps en temps. Elle resserra son manteau sur elle en l'écoutant déballer tout une explication afin de contredire ce qu'elle venait de dire quelques secondes plus tôt. Comme quoi, il ne jouait pas si bien que ça, qu'il était qu'un simple novice et que surtout il venait de rater son morceau. Elle soupira en pensant qu'à la limite, la seule chose qui semblait vrai était la dernière affirmation et comptait lui faire remarquer quand elle l'entendit prononcer le mot famille. Ça devait bien être une première fois qu'il disait ce mot en sa présence, qui la choqua vraiment, surtout en voyant le sourire qui suivait. Un sourire triste ?

« Tu sais, j'ai toujours pensé que la musique venait du cœur, donc c'est sûrement ça le talent. »

Et encore une fois dans la journée, qui venait pourtant de commencer, Victoria ne savait pas vraiment quoi dire et venait de sortir une explication qu'il allait sûrement qualifier d'idiote, gamine et de tout ce qui va avec. D'un côté, c'était un peu vrai puisque la vision que la jeune fille portait à la musique était très simpliste dans l'explication. Elle tiqua légèrement à cause de son explication sur les sa connaissances en musique qu'il associa au mot moldus. Elle n'avait jamais aimé ce mot.

« Tu sais, je pense pas qu'il y ait de musique moldus. Puisque de toute façon, de la musique faite avec de la magie, c'est pas de la vraie musique, donc je pense pas qu'on te critiquerait vraiment pour ça. »

Victoria se trompait et elle en avait conscience. Tout ce qui touche aux moldus était énormément critiquer à Poudlard, en particulier par les Serpentards qui s'en faisaient une joie. Alors pourquoi le disait-elle ? En réalité, elle en avait vraiment marre de tous ces conflits idiots et c'est pourquoi elle se forçait à penser que les événements avaient une chance de se dérouler autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...    Dim 10 Juin - 20:48

« J'aurai du me douter que tu étais dure en affaire... Il est difficile de rester seul avec toi. Et le pire, c'est que tu persistes quoi qu'on dise. Mais, tu ne pouvais pas savoir. D'habitude, les musiciens aiment être flattés. »dit-il en pensant vaguement à quelques autres musiciens des plus narcissiques dans l'école.

Pour lui, l'intérêt était ailleurs, on devait jouer pour ressentir les choses, pour dépasser la réalité. C'était là tout la force de la musique. Nul besoin d'attendre les hourras. Ce n'était que pur nombrilisme. La musique si elle devait être partagée, cela ne devait que par pure altruisme, sans attendre en retour. Un don simple, unique, inestimable. Mais, Nikita ne se sentait pas prêt à cela. Il ne voulait pas offrir une chose imparfaite, il voulait que cela soit parfait. Qu'il procure une émotion totale à ceux qui voudraient l'écouter. A l'heure actuelle, il ne pouvait offrir que des fragments, des bribes de perfection. Ce n'était pas assez.

Il eut un sourire amusé en l'entendant parler de sa conception du talent. C'était terriblement naïf. Et en même temps, il aurait aimé croire à cette définition. Son père ne le lui avait-il pas mainte fois dit cela pour le consoler de ses difficultés. Sans doute avaient-ils raison. Peut-être cherchait-il quelque chose loin du concept original que devait être la musique.

« C'est drôle ce que tu dis. Mon père disait la même chose pour m'expliquer la musique. Et il faut croire que le cœur n'est pas la spécialité dans le reste de ma famille. C'est assez dommage. En revanche, toi, tu dois en avoir énormément. Tu deviendrais sans doute une très bonne musicienne. Meilleure que moi, sans aucun doute. »déclara-t-il avec une sincère assurance.

Certes, elle était exaspérante de son point de vue. Mais, elle était sans doute la personne la plus intègre et la plus attentionnée qu'il connaisse. Il l'avait observé se comporter avec les autres, et pour lui, elle était l'image même de ceux qui ont du cœur. Peut-être se trompait-il, mais il en doutait grandement. Il sourit légèrement à cette idée, au final, c'était lui qui en manquait en la repoussant. Il préférait porter le poids de sa vie sur ses seules épaules que le faire partager, de peur de blesser, d'inquiéter sans doute aussi.

Son sourire s'affadit en l'entendant parler de la musique moldue et magique. Elle ne semblait pas comprendre. Ou alors essayait-elle de minimiser l'atmosphère de l'école ? Ou alors ne s'en apercevait-elle pas ? Après tout, elle n'avait jamais dû subir les remarques que tous les enfants de moldus reçoivent en pleine face jour après jour, avec toujours plus de violence. Le russe savait d'ailleurs que ce n'était pas prêt de s'arranger.


« Ce n'est pas la musique elle-même qui pose problème, Victoria, c'est le simple fait qu'elle n'aie pas été créé par quelqu'un d'une ancienne et pure lignée magique. Comme tout le reste. Tout n'est que prétexte pour attiser les haines. La musique n'y échapperait pas, je peux te l'assurer. Je préfère éviter les conflits. Ils sont trop inutiles et fatigants. »répondit-il en plantant son regard dans celui de la jeune fille, l'air un peu plus grave peut-être.

Il détourna son regard vers les chouettes, les hiboux. Vers l'endroit où ils étaient. Une bourrasque frappa son dos, lui faisant avoir un frisson. Il aimait ce froid. Il aimait cet endroit. Ici, personne ne venait lui chercher querelle.

« Au moins, ici, mon public apprécie plutôt la musique, je n'ai encore jamais eu de plainte. »dit-il amusé.

Peut-être n'était-il pas fait pour vivre avec les humains ? Peut-être serait-il mieux à faire des recherches magiques dans des contrées lointaine ? Un dragon ne doit pas être plus cruel que sa famille au grand complet quand on y réfléchit. Il se leva doucement, reprenant en main son violon, le plaçant sous son menton.

Il allait faire une exception et accorder un morceau à cette insistante personne. Six ans d'acharnement, ça peut se récompenser non ?

« Et comme tu sembles un aussi bon public que ces chers animaux, je vais vous offrir, le seul morceau que je maîtrise parfaitement. »dit-il d'une voix presque douce -comprendre un peu plus chaleureuse que la neutralité, mais pour lui, c'est déjà beaucoup-.

Son archer commença à lentement frotter les les cordes, faisant s'élever une mélodie qu'il connaissait parfaitement. Une mélodie synonyme de joie, de souvenirs heureux, de rires. Les notes s'enchaînait avec une fluidité impressionnante. Et à ses notes aiguës s'ajoutèrent d'autres plus grave, plus suave, d'une voix presque devenue homme plaçant avec aisance sur ces accords des mots d'un russe parfait, mélodieux. Effectivement, il maîtrisait à la perfection cette chanson. Héritage de ses ancêtres paternels. Cela dura un peu plus de deux minutes. Deux minutes où l'homme de glace quitta quelque peu son masque.

Quand il s'arrêta, ses yeux étaient à nouveau remplis de larmes, mais un sourire était aussi ancré à ses lèvres. Rendant la catégorisation de ses émotions impossible. Son violon quita son épaule, et il s'inclina vers la demoiselle. Essuyant d'une main furtive ses yeux.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Victoria Powell
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 22


Identité
Élève de: 6ème année
Animal: Chat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...    Lun 11 Juin - 17:28

C'était sûrement une des conversations les plus longues qu'elle avait eu avec le Serdaigle depuis son entrée à Poudlard, c'est à dire maintenant six ans. Et pourtant, on ne peut pas dire qu'elles ont été rare puisque Victoria venait souvent lui parler en espérant entamer une vrai conversation avec lui, quasiment tout le temps sans succès. Alors, c'est vrai que là, elle était plutôt étonné. Déjà parce qu'il faisait des phrases complètes qui n'avait pas pour but de lui dire de partir loin de lui, mais surtout parce qu'il parlait de lui. Jamais elle n'aurait pensé qu'il allait un jour le faire, malgré son espoir que leurs relations s'améliorent. Elle l'écouta donc attentivement expliquer que sa propre conception de la musique était la même dont que son père avait utilisé pour lui expliquer la musique. Décidément, elle se sentait un peu moins seule à penser comme ça, surtout qu'elle avait souvent pensé que les musiciens ne résonnaient pas du tout comme ça.

Et là, le choc.

Victoria fut très agréablement surprise lorsqu'elle entendit une phrase qui ressemblait à un compliment ou quelque chose dans le genre de sa part. Les miracles existaient donc ? Parce qu'elle assistait carrément à l'un d'eux. Il n'y avait pas d'autres mots pour décrire ce qu'il venait de dire. Elle ne put donc s'empêcher de sourire, mais pour une fois, un sourire un peu timide, celle d'une gamine à qui on vient de donner un paquet de bonbons. Pourquoi ? Simplement parce une des personnes qui ne pouvaient normalement pas la voir acceptait enfin de lui parler, et en plus cela, était gentil. Oui, ça lui faisait énormément bizarre.

« Et ben... Si un jour j'aurais pensé que tu me dirais quelque chose dans le genre, je l'aurais vraiment pas cru ! A croire que tout peut arriver. Mais je pense que tu as tord. Je ne pourrais jamais être meilleure musicienne que toi, simplement parce que cette recherche de la perfection m’irait très mal. Je suis juste bonne à écouter, mais c'est déjà pas mal. »

Elle avait dit la dernière phrase en souriant même si quelque chose la gênait. Le manque de confiance du violoniste sûrement. Elle trouvait ça vraiment dommage, mais bon, même si elle lui disait, elle savait très bien qu'il ne l'écouterait pas. Et puis de toute façon, elle n'avait aucun droit de lui parler de ça, et le savait très bien. Donc à quoi bon se morfondre sur ce sujet. Surtout qu'il y avait bien pire, c'est à dire, le problème qu'il était actuellement en train d'énoncer, c'est à dire les sangs-purs Parce que même si elle en faisait parti, Victoria savait que leurs trop grande fierté sur leur appartenance seule à la magie était un problème de taille.

« Je sais bien... Mais je préfère essayer d'oublier ces problèmes débiles entre les sangs-purs et les autres. Parce que oui, ils font tout pour créer de la haine. On en a la preuve avec les Serpentards, et c'est pour ça que pour des sujets comme la musique, j'essaye de me dire que peut-être, ça peut être différent... »

Elle avait dit ça rapidement puisque de toute façon, il devait se moquer de ce qu'elle pensait, puisqu'elle n'avait pas à supporter cette haine qu'elle venait d'évoquer. Oui, elle était qu'une chanceuse née dans la bonne famille.

Son attention se reporta sur le Serdaigle qui venait de reprendre son violon et qui se remettait à jouer après lui avoir expliquer qu'il allait jouer le seul morceau qu'il réussissait parfaitement. Donc, Victoria se tut, profitant de cette occasion qui ne se reproduirait sûrement jamais. Les premiers mots qui lui vinrent à l'esprit pour qualifier cette musique étaient joyeux, plutôt festif. Et il le jouait si bien qu'elle en était choquait. C'est vrai, ça changeait tellement de son caractère habituel, froid. Elle le regarda finir son morceau, encore une fois des larmes aux yeux même si elle ne pouvait pas du tout cerner quel sentiment l'habitait à ce moment là. Elle lui fit un grand sourire ému.

« C'était magnifique, vraiment. »

Elle hésita avant de finir sa phrase, se disant qu'il n'allait sûrement pas apprécié.

« C'est ton père qui t'a appris ça ? Il te manque ? »

Victoria regretta alors sa dernière phrase, mais elle n'avait pas pu s'en empêcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...    Mar 12 Juin - 20:23

Pourquoi donc finissait-il par lui parler ? Lui témoigner de l'attention ? Ne lui donnait-il pas de faux espoirs ? N'allait-elle pas continuer à revenir le voir avec plus d'ardeur ? Il n'avait pas envie d'entraîner cela. Peut-être était-il juste plus fragile dans cette situation ? Il n'avait pas trouver la force de garder le masque. Une fois son vrai visage révélé accepterait-elle de ne plus le voir ? C'était des questions qu'il se posait. Maintenant qu'il avait fini de jouer, il retombait brutalement dans la réalité. Il fut heureux de découvrir un sourire sur ses lèvres. Il avait réussi à transmettre quelque chose. Quelque chose de fort. En un sens, il était fier de lui, fier d'avoir réussi cela.

Mais la suite des paroles de la jeune fille lui firent quelque peu perdre son sourire. C'était typiquement le genre de questions qu'il n'avait pas envie d'entendre. Pas le moins du monde envie d'entendre. Il ne sut pas vraiment quoi lui dire. Trop surpris sans doute que cette question arrive enfin. Il se figea quelques secondes. Puis il se tourna vers la fenêtre. Il s'approcha de la housse de son violon, déposant l'instrument dans celui-ci. Ajoutant l'archer avec délicatesse. Il était resté silencieux. Il ferma la boîte d'un coup assez sec. Sans doute pour essayer de calmer les doutes qui l'habitaient.

Il se releva, faisant à nouveau face à la jeune Poufsouffle, tenant son étui à la main. Il s'approcha d'elle. Son visage était revenu à la neutralité, ou presque.


« Mon père n'a jamais eu le temps de me l'apprendre en entier. C'est un morceau complexe, il faut beaucoup d'années de pratiques pour le maîtriser. »commença-t-il doucement, d'une voix calme.

Il marqua une pause, hésitant légèrement à continuer son développement.


« Il faut croire que la haine n'est pas un sentiment dont les sorciers ont le monopole. Je ne sais pas si tu connais un peu l'histoire moldue, mais en Russie, ou plutôt en U.R.S.S., certaines personnes en massacre d'autres sous des prétextes idéologiques. Mon père a fait partie de ceux là. Il y a déjà douze ans. Je ne l'ai pas vraiment connu au final. Il m'a toujours manqué. Sans doute parce que le reste de ma famille a toujours nié son existence, ou l'a dénigré. »finit-il par dire d'une voix impassible.

Pourquoi avoir de la tristesse ? Cela n'y changerait absolument rien ! Les choses sont ce qu'elles sont, autant les accepter.


« J'espère de tout cœur que ce monde ne basculera pas dans la même terreur que ce que j'ai connu là-bas, en Russie. Je ne vous le souhaite pas. Ce serait invivable avec les moyens qu'accordent la magie pour s'introduire dans la vie des gens. Ce ne serait que chaos... »déclara-t-il tristement.

Il posa sa main sur son épaule, délicatement.


« Je sais que des gens comme toi pourraient changer les choses. Tu as ça en toi, la bonté, la droiture. Moi, je n'ai que la vengeance et la colère. »conclut-il en posant son regard de glace dans celui de la jeune fille.

Il tapota doucement son épaule. Oui, il fallait plus de personnes comme elle pour diriger justement ce monde, pour éradiquer la corruption, rétablir la justice.
Revenir en haut Aller en bas
Victoria Powell
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 22


Identité
Élève de: 6ème année
Animal: Chat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...    Mer 13 Juin - 17:24

Sur le coup, elle avait posé la question mais maintenant, Victoria le regrettait vraiment. Sa relation avec le Serdaigle qui avait l'air de s'améliorer allait finir par devenir pire. Il allait la détester juste parce qu'il avait mentionné l'existence de son père, et ça, elle ne le voulait pas du tout. En fait, elle en avait même un peu peur. Enfin, la peur du style la crainte, même si en temps normal, la jeune fille s'en fichait plus ou moins de l'opinion des autres à son sujet, mais là c'était différent. Sûrement à cause de l'acharnement de six ans pour lui parler, mais aussi de la musique. Elle attendait donc avec beaucoup d'appréhension la réponse du violoniste. Et le pire qu'elle pouvait espérer était le silence. Elle le regarda avec un peu de regret ranger son violon dans sa housse. Il allait partir du coup. Décidément, elle était pas douée du tout.

Victoria regarda son visage neutre, celui qu'elle avait connu pendant six ans, et qui était totalement différent de celui qu'elle avait vu ce matin. Et malgré ce qu'elle aurait pensé, il lui répondit, et pas dans seulement pour lui dire de se taire, même si elle se doutait qu'il lui demandait quand même. Elle ne le stoppa pas, du moins, jusqu'à ce qu'il est fini son discours sur l'histoire moldue.

Et là, une sorte de blanc. Du genre, quand on vient de te dire un truc triste et que tu ne sais pas comment y répondre, et que tu ne veux surtout pas gaffer, encore une fois.

« Oui, j'en ai entendu parlé... C'est vrai que... Ça doit être dur de perdre son père à cause de cette haine, pour des raisons pareilles... »

Elle marqua une pause avant de reprendre en grimaçant.

« Le reste de ta famille ? En rapport avec ton cousin qui passe son temps à te descendre je suppose ? »

Victoria n'avait de la pitié pour le Serdaigle, parce que pour elle la pitié était un acte assez péjoratif. Mais en tout cas, se dire qu'il avait connu tout cela l'ennuyait. Elle n'aimait pas que les gens souffrent, mais encore moins pour des raisons idéologiques idiotes, comme la bataille entre les sangs-purs et les autres. Et surtout qu'il venait d'énoncer une vérité qu'elle redoutait. La terreur qui était maintenant possible vu la situation actuelle des choses. Et c'était très affolant, surtout qu'elle savait bien que le ministère n'allait pas réagir. Elle sourit en entendant sa dernière phrase.

« Et ben je pensais pas que tu avais une si bonne opinion de moi... Mais tu te trompes tu sais. Même si j'ai ce que tu dis, moi aussi j'ai une part de vengeance et de colère. »

En disant ça elle pensait à une personne en particulier : Cédric Diggory, son modèle. La personne morte dans ce combat inutile qu'elle voulait venger à tous prix. Alors avec cela, c'était sûr que le Serdaigle se trompait sur elle.

« Et puis toi, tu n'as pas que ça. Quelqu'un qui joue aussi bien que toi, ne peut pas avoir que des côtés négatifs. »

Encore une fois, il lui montrait qu'il avait une opinion assez mauvaise de lui, et encore une fois, ça la gênait. Peut-être qu'elle se trompait finalement, même si elle ne pensait pas que ça pouvait être le cas. En tout cas, il faudrait qu'il remonte l'estime qu'il a de lui, parce que c'était triste. Du moins, c'est ce que pensait Victoria.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...    Ven 15 Juin - 0:00

C'était difficile de parler aussi simplement de choses si compliquées. Il n'y avait pas que le vide que son père avait laissé. Il y avait bien plus. Les causes étaient méprisables, il haïssait celui qui avait douté de lui, il haïssait celui qui l'avait emporté, il haïssait celui qui lui avait fait faire de faux aveux. Il haïssait de parfaits inconnus. Mais par dessus tout, il haïssait les mensonges autour de sa mort. Sa mystérieuse disparition. Si les simples humains pouvaient ainsi manipulés les événements, qu'adviendrait-il si des personnes manipulant les corps et les esprits d'un coup de baguette faisait de même ? C'était terrifiant. Absolument terrifiant. Nikita aurait pu l'avouer, il avait peur de cela. Peur de cet avenir qui menaçaient les sorciers. Peut-être son passé le rendait-il paranoïaque ? Après tout, des personnes plus compétentes que lui avaient déjà dues réfléchir à la question, mais... C'était une ombre lugubre qui planait de plus en plus souvent dans son esprit.

« C'est toujours difficile de perdre un proche, quel qu'en soit la cause. Ce qui est difficile à admettre, c'est que rendre la pareil à ceux qui ont fait cela serait inutile. J'y travaille encore malgré les années... »murmura-t-il dans un souffle, c'était presque une confession qu'il faisait là.

Après tout, qui se douterait que sous ses airs froids et sérieux se cachait un être si incandescent ? Une bombe prête à exploser ? Il avait beau tenter de cacher toute la violence qu'il y avait en lui, il savait qu'elle remonterait tôt ou tard à la surface. Il espérait juste pouvoir l'utiliser à bon escient, plutôt que de finir par massacrer son cousin dans une pulsion meurtrière. Il eut un petit sourire en entendant la remarque de Victoria.


« Oh, tu sais, mon cousin n'est que la face émergé de l'iceberg. Le reste de ma famille est bien pire, car bien moins directe. Mais à force, on arrive presque à les supporter. » conclut-il avec une certaine fermeté, il ne voulait pas en dire plus, le sujet étant trop sensible pour lui.

Il retira sa main de son épaule, mais resta proche d'elle. Il était étonné de la voir si petite à côté de lui, elle semblait presque fragile, c'était un tel contraste avec l'image qu'elle dégageait habituellement. Il eut un léger froncement de sourcils en la voyant affirmer qu'elle lui ressemblait question vengeance et colère. C'était étrange, impensable. Mais au fond, ils se ressemblaient peut-être plus qu'il ne le croyait ? Il sourit en la voyant essayer de le valoriser. Cela aussi, c'était inhabituel. L'inverse faisait depuis longtemps bien plus parti de son quotidien.

« Peut-être... L'avenir révélera sans doute la réalité de nos caractère, tu ne crois pas ? Au moment où il faudra faire des choix. J'espère que nos choix iront vers le même but. Je n'aimerais pas t'avoir comme ennemie, tu dois être plus coriace qu'une maman dragon à qui on veut voler les petits... » déclara-t-il avec un soupçon de malice.

Il l'espérait sincèrement. Il pressentait tellement de noirceur que savoir un être aussi solaire qu'elle à ses côtés était réconfortant. Il attrapa délicatement sa main, comme pour sceller ses espoirs. Sans penser une seconde qu'on puisse l'interpréter autrement -dans sa tête, on ne pouvait pas y voir autre chose qu'un signe amical-.


« Je te raccompagne au château ? Ou Maman Dragon préfère voyager seule ? »
Revenir en haut Aller en bas
Victoria Powell
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 22


Identité
Élève de: 6ème année
Animal: Chat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...    Sam 16 Juin - 15:03

Victoria n'aurait jamais pensé qu'un jour, elle aurait ce genre de conversation avec le Serdaigle. Déjà qu'un simple échange la rendait assez heureuse, puisqu'elle n'en avait vraiment pas l'habitude. Avec qu'il lui parle de sujet qui devait sûrement lui tenir à cœur, c'était un miracle. Et c'est cette information qui repassait en bouche dans sa tête depuis tout à l'heure alors que Nikita lui expliquait que perdre un proche était toujours difficile à admettre. Elle n'osait donc pas imaginer ce que c'était vu que perdre quelqu'un dont elle n'était pas forcément proche lui avait déjà fait énormément de mal. Elle lui fit alors un grand sourire compatissant.

« Mais ça s'arrange avec le temps, non ? »

Elle comprenait mieux maintenant, même si elle s'en doutait avant, pourquoi il se renfermait toujours derrière cette carapace de garçon froid alors qu'en réalité, il ne paraissait pas réellement comme ça. Elle venait de voir qu'il pouvait s'ouvrir aux autres, et n'était pas prête de l'oublier. A croire que s'acharner à l'approcher durant toutes ses années avait réussi. Elle eut par contre un peu de peine en entendant la suite de sa phrase. Pire que son cousin ? Pourtant, pour ce qu'elle connaissait de lui, il était déjà horrible. Ça renforçait bien l'idée que certaine personne sont nés sans chance. C'était triste, et le pire, c'est qu'elle savait qu'elle n'y pouvait rien. Alors qu'il faudrait les aider, les chouchouter même. Bon, après, c'était sûr que s'ils étaient tous comme Nikita, ils n'en donnait pas l'occasion.

« Ça doit vraiment pas être simple pour toi alors... »

Elle le regarda rester proche d'elle. Encore quelque chose d'étonnant de la part de quelqu'un qui avait passé très longtemps à l'éviter. D'un côté, elle savait que cette conversation allait se finir, c'était normal, mais elle avait bizarrement peur qu'il continue à l'ignorer après. Ce n'est pas que Victoria avait peur de ne pas être apprécier par les autres, comme certaines personnes sociables, mais c'est juste que la présence du garçon la changeait des personnes assez banales qu'elle côtoyait souvent.

« C'est sûr, on verra bien ce que l'avenir va donner. »

Elle sourit en l'entendant parler de choix allant dans le même but. C'est vrai qu'elle non plus ne voudrait pas avoir l'autre comme ennemi. C'était quelqu'un pour qui elle avait beaucoup de respect, mais surtout beaucoup de plaisir à parler avec lui les rares fois que cela arrivait. Elle rigola en l'entendant exposer sa théorie sur la maman dragon et ses petits. Aussi, elle fut encore une fois choqué quand il lui attrapa la main, avant de lui proposer de la raccompagner au château. Encore une fois, elle se dit que les miracles existaient.

« Oui, avec plaisir. Et je sais pas d'où tu sors ton histoire de Maman Dragon, mais c'est marrant. Parce que c'est vrai que quoi qu'il se passe, c'est sûr que je ferais tout mon possible pour protéger mes amis. Vous êtes tous mes petits. »

Elle lui fit un grand sourire. Elle venait de sous-entendre qu'elle le considérait comme un ami et ne savait pas vraiment comment il allait le prendre. Mais d'un côté, c'était la vérité. Elle ne pourrait pas supporter qu'il arrive quelque chose de mal à ses proches, et lui compris même si elle ne pouvait pas vraiment le considérer comme cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...    Lun 18 Juin - 19:04

Est-ce que cela s'arrangeait avec le temps ? Nikita eut un léger haussement de sourcils. La jeune fille n'avait jamais du perdre un proche. Elle ne savait pas que le temps n'y changeait rien. Il ne faisait qu'effaçait les bons souvenirs plutôt que de calmer l'amertume. Mais il se garderait bien de dire tout cela.

«Disons plutôt qu'avec le temps ça n'empire pas. »dit-il un peu laconique.

Il fallait avouer que certaines choses s'étaient arrangées. Il n'avait plus de terreurs nocturnes comme quand il était enfant. Il n'épprouvait plus un besoin terrible de parler russe quand il n'allait pas bien. Non vraiment, le temps avait arrangé les choses, il l'avait endurci pour faire de lui un garçon résistant. C'était mieux non ? Fini le pauvre petit orphelin, pas de pitié, pas de clémence. La vie en somme. Il sourit en entendant sa réflexion sur sa famille.


« Ça aussi, ça n'empire pas avec le temps, ou alors je m'y suis endurci, je ne sais pas vraiment, mais, il y a plus à plaindre que moi. » répondit-il sans aucun pathos.

Il ne voulait pas qu'on apitoie sur son sort, c'était trop humiliant, il avait sa fierté. Il n'aurait jamais accepté qu'on veuille le protéger ou le ménager. Non, il acceptait de tout subir comme les autres. Pas de traitements de faveur. C'était sans doute pour cela qu'il gardait les données les plus personnelles le concernant de façon presque confidentielle. Au final Vic' faisait maintenant parti d'un cercle très restreint de personnes. Une favorisée même !


« J'ai toujours su que j'avais un talent inexploité côté humour et surnoms stupides. Et puis, tu sais, parfois, le plus grand cadeau qu'une mère puisse faire à ses petits est de les laisser voler de leurs propres ailes. Bientôt, ce seront eux qui te protégeront. »répondit-il doucement, un fin sourire aux lèvres.

Qu'elle prenne cela comme elle le voulait. Mais il était clair pour lui que ce ne serait pas elle qui le protégerait, mais bien l'inverse. Ce n'était pas une question de machisme ou quelque chose du genre, juste qu'elle avait mieux à faire que s'occuper de lui. Il se débrouillait tout seul, là où d'autres auront besoin d'aide. Il laissait donc sa place. Sans avouer clairement qu'il était touché de savoir qu'on se souciait de lui. Sa main s'était tout de même légèrement resserrée sur celle de la jeune fille.


« Allez, Maman Dragon, on rentre, sinon, on va finir par attraper froid ici. Et je ne voudrais pas avoir cela sur la conscience ! »déclara-t-il en l'entraînant à sa suite vers les escaliers, bien décidé à réchauffer sa main tout le long du trajet jusqu'aux couloirs chauffés du château.


[ Sujet clos ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...    

Revenir en haut Aller en bas
 

L'acharnement ne porte pas toujours ses fruits, tu sais...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» #15 Ma porte te sera toujours ouverte... (Adam)
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le chant du Phénix :: Le chateau :: Alentours du chateau :: Volière-