AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 moi, je ne sais pas parler, je sais exiger, hurler et médire ▬ Ft Emily

Pablo M. Knight
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 20/09/2010


Identité
Élève de: 7ème année
Animal: Chat
Ton inventaire?:

MessageSujet: moi, je ne sais pas parler, je sais exiger, hurler et médire ▬ Ft Emily   Mar 12 Juin - 23:43


My my! Give me love
all I want is the taste that your lips allow







ϟ







I MET A GIRL I LIKE TODAY ;

Il n'y avait plus de nombreuses choses dont Pablo était sûr. Ce matin-là, il avait pris du jus de citrouille, qu'il engloutit rapidement. Puis il comprit vite que ce n'est pas le goût qu'il aimait, mais que c'était par pure soif qu'il avait bu si vite. Rien que ce orange infâme aurait dû le renseigner sur le goût de cette horreur.
Pablo apprit alors qu'il n'aimait ni le jus de citrouille, ni le orange.
Les petits gâteaux n'avaient pas beaucoup de goût et le bruit alentours assombrit son discernement. Détestait-il vraiment les petit-déjeuners ou était-il juste une énième fois de mauvaise humeur ? Arborait-il le bruit ou était-ce simplement ce mal de crâne qui avait devancé le tout ? Il râla en envoyant sa fourchette sur la table, se fichant bien du mal que ça pouvait causer.
Pablo imaginait qu'il était souvent de mauvaise humeur.

Les cours n'étaient la tasse de thé de personne. Mais notre Knight préférait à ça un rendez-vous avec le calamar du lac. Les regards des autres étaient agaçants. Il n'était pas un requin. Un renard, peut-être, mais il ne mangeait personne. Non, il est bien trop gourmet pour manger n'importe qui ou n'importe quoi. Son jus le lui rappelait en tournoyant dans son estomac. Il grimaça. Fichu jus à la bouse de dragon ! Comment tout le monde pouvait en boire dès le matin ? Comment supporter seulement cette couleur ? Il ne s'en remettait pas. Si bien qu'il fut bien calme durant le cours d'Histoire de la magie, déplacé exceptionnellement un matin.
Le pas plus guilleret, le Serpentard dévala les marches pour aller rejoindre les cachots pour son prochain cours : les Potions. Ce petit interlude le ravit. Surtout en voyant ces première année s'affoler à chaque changement de direction des escaliers. C'était si drôle. Avait-il eu l'air si bête à leur âge ? La question ne resta pas trop longtemps dans sa tête, il riait enfin pour la première fois. Il tapota gentiment la tête du petit Serdaigle encore agrippé à la rambarde.

PABLO ; « Tu m'auras remonté le moral toi ! Tu as cours à quel étage ? »
ÉLÈVE ; « Je dois rejoindre... la tour de Divination... »
PABLO ; « Oh je vais t'aimer toi ! Je veille sur toi, vas-y ! Hé, toi, dis au prof que j'aide un première année et que j'aurais du retard... »


Celui interpelé le dévisagea comme si il n'en croyait pas ses oreilles. Mais Pablo aimait bien les petits paumés... Il se sentait mieux en les voyant. Puis sans qu'il ne veuille l'admettre, cette bêtise le touchait pas mal.
Cela ne veut pas dire qu'il l'aida vraiment pour autant. Le Serpentard l'admira prendre un nouvel escalier avec crainte à chaque fois, étouffant des rires.
Pablo devait adorer les escaliers... ou les petits paumés.

Pablo était pourtant certain en tout cas d'aimer l'insolence. C'était si naturel pour lui.
Une fois le petit envoyé vers le petit escalier menant à la trappe donnant sur la salle de cours de Divination, il repartit. Personne dans les couloirs sauf quelques élèves allant ou sortant de la bibliothèque. Il devait être sacrément en retard et le professeur Rogue ne lui pardonnerait pas. Mais il se doutait qu'aucun point ne serait retiré.
Alors, sourire aux lèvres, il débarqua dans la salle, faisant voler presque la porte. Il prit place où il pouvait sous les réprimandes du maître des Potions. Son air énervé et frustré par l'absence de recours donnait envie à Pablo de crier victoire tout haut. Il aurait dansé sur son pupitre.

Aimait-il les potions ? Le jeune homme aurait parié sa vie que non.
Et pourtant, quand, lors d'un cours en commun avec les sixième année, on leur demanda de réaliser de l'Amortentia... Il prit un plaisir fou à jongler dans cet endroit insalubre avec des ingrédients douteux. Ce puissant philtre d'amour faisait sentir à chacun ce qu'il aimait le plus. Pablo y sentit une odeur de livre qui aurait dû le repousser, une sorte d'essence de cannelle, le caramel aussi et il en sourit rapidement... Puis il y eut ce fragment d'odeur qu'il ne reconnaissait pas mais qui le mit à l'aise.
Un souvenir mais qu'il savait à sa porter. Et pourtant, impossible de le retrouver.

Mais il eut une note exceptionnelle pour avoir si bien réussit la potion malgré le handicap de la sixième année. Elle le regarda avec des yeux brillants pour le remercier pour son travail. Et d'un coup, il se demanda pourquoi il en était arrivé là.

PABLO ; « Ne me remercie pas. Je ne sais même pas pourquoi j'ai fait ça... Bordel, je me casse ! »

Sous ses yeux étonnés, il se cassa effectivement, le pas encore un peu boiteux.

SHE'S LIKE... BEAUTIFUL


Voilà une autre certitude qui lui fit un bien fou, le plus grand des biens qu'il puisse espérer : Pablo Mickaël Knight aimait fumer.
Il était entre 18h et 19h et quand la plupart se préparait à aller manger, lui, il voulait juste aller fumer. Sa dernière clope... Sa nervosité augmenta et son plaisir devint une détresse pas possible. Tout. Tout finissait par aller de travers.

Il soupira, exaspéré et se mit à fumer malgré tout son dernier pass pour le bonheur. Un bonheur très court. Il vit rentrer et passer des élèves et demanda tant de fois une cigarette qu'on penserait qu'il fait un devoir sur les mendiants pour le cours d’Études des moldus !
L'ennui le fit brûler une lettre d'une fille dont il avait dû être proche d'une façon ou d'une autre. Mais il ne ressentait que du mépris et de l'indifférence face à ses mots. Encore une histoire arrangée qu'il n'aimerait pas du tout.
Cela faisait un moment que personne ne passait plus et sa cigarette se réduisait bientôt à l'état de mégot quand quelqu'un déboula, sortant de la grande porte et entrant alors dans la cours où il était assis sur une rambarde. Il ne trouva pas ça louche, pas même en regardant rapidement les vêtements portés... une unique chose l'intéressait : son petit bonheur éphémère.

PABLO ; « Hé, s'il-te-plait Cendrillon ! Tu n'aurais pas une clop- »

Une bourrasque de vent.
Un visage et adieux ses certitudes. Il n'aimait pas tant que ça la cigarette. L'odeur de papier et de livre, il s'en fichait ; c'était le livre qu'on lui avait piqué qui importait. La cannelle avait bon goût, comme celle dans les gâteaux partager petit. Mais sinon, il en avait que faire. Le caramel lui rappelait un peu cette teinte de peau qui avait tant de caractère mais sinon, ce n'était qu'un vulgaire goût, qu'il appréciait certes.
Les potions étaient ennuyeuses. Mais l'Amortentia compensait un peu la plus grande certitude qu'il ait : Pablo connaissait et connaitrait toujours Emily Carlton et toujours, il l'admirerait plus que tout.

PABLO ; « Emily...? C'est toi ? Bon sang... tu... as grandit ? Enfin je veux dire... bordel. »

Il fronça les sourcils. Merlin ! Salazar ! Morgane ! Il aimait embêter, se moquer et être insolent non ? Où avaient disparu ces goûts dont il était si sûr ? Pablo toussota pour ne pas que son sourire s'agrandisse. Oh non, la cigarette n'était pas son plus grand bonheur et maintenant, il en avait que faire. Son petit sourire devint sarcastique et s'il était incertain, tout s'éclaira d'une certaine façon.

PABLO ; « Je n'aurais pas pensé que tu aies tant changé depuis ce vol de livre... Tu vas où habillée comme ça ? Ou c'est juste pour me revoir ? »

De but en blanc, comme du Pablo Knight... Il sourit davantage encore, ravit.
Les habitudes reviennent...?

_________________________________
Beware, I may be worse than I look...

PABLO > PICASSO > PICA > PIKACHU > CHU > KISS ME!
EMY & PABLO > Oh ? T'as perdu la mémoire alors ? :
 
CUMULUS ; Objet du délit:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily A. Carlton
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 21


Identité
Élève de: 7ème année
Animal: Rat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: moi, je ne sais pas parler, je sais exiger, hurler et médire ▬ Ft Emily   Mer 13 Juin - 0:49

EMILY ; « Non mais ça m'intéresse pas, ça m'intéresse vraiment pas, allez y sans moi. »

Avait-elle dit tout en continuant à bouquiner tranquillement. Eh, honnêtement, cette fête, elle s'en foutait comme de ses premiers souliers. Auxquels elle n'avait jamais eu accès d'ailleurs. Enfin, elle était orpheline, elle avait même terminé dans un orphelinat... Pas moyen de retrouver ses chaussures d'enfance. Bref, ce n'est pas le sujet. Le sujet, c'est cette fête. Cette stupide fête à laquelle elle était conviée, mais dont elle ne souhaitait pas faire partie. Sa soirée, elle préférait la passer dans sa chambre, en tête à tête avec son rat et ses bouquins. Cela lui était amplement suffisant. Pas qu'elle n'aimait pas faire la fête, au contraire ! Mais, disons juste que... Il y a certaines fêtes qu'elle appréciait, et d'autres pas. Généralement, cela dépendait du nombre de personnes présentes, des personnes présentes, et de l'organisateur. La soirée dont on lui parlait... N'avait rien pour elle. Elle n'appréciait pas l'organisateur, elle n'appréciait pas les invités – à part ses amis les plus proches qui y étaient aussi conviés et qui insistaient depuis une dizaine de minutes pour qu'elle finisse par bouger son petit popotin. Le détail qui finit par la convaincre ? Une robe. Une simple robe. Emily en portait très peu, et lorsque c'était le cas... Elles n'étaient pas aussi moulantes. La jeune femme préférait ce qui était simple, elle n'aimait pas se faire remarquer. Sauf qu'avec cette robe, impossible de passer inaperçue. N'importe quelle femme paraîtrait magnifique en la portant. Mais Emily... Emily avait tout simplement l'air divine. A croire que cette robe avait été faite sur-mesure pour elle. Elle lui allait comme un gant. Cette ridicule séance d'essayage la convainquit alors d'y assister. Elle qui avait résisté pendant de longues minutes craqua en trois secondes en voyant son reflet dans le miroir. Elle allait porter cette robe, et elle allait assister à cette soirée. Cela ne lui coûterait rien de faire un effort et d'essayer... Bon, dans le pire des cas, cela lui coûtera une soirée gâchée. Mais ce n'est pas la fin du monde, non ? Une soirée gâchée... Toujours rattrapable, voyons. Des soirées, il y en aura bien d'autres, et puis la jeune Emily a encore toute la vie devant elle. … Tiens, c'est étrange. La jeune femme n'était-elle pas en train de devenir d'un optimisme sans pareil ?

Mais cet optimisme finit par s'envoler lorsqu'elle se rendit dans sa salle de cours. Certes, elle aimait apprendre mais... Bon dieu ce que certains cours étaient ennuyeux. Elle n'avait qu'une envie : poser sa tête contre la table et s'abandonner aux bras de Morphée. Sauf que... Non. Il s'agissait là du comportement de Pablo. Il était le fouteur de trouble, et elle n'était pas comme lui. Alors hors de question d'abandonner si vite. Elle suivrait ce cours coûte que coûte. Pas comme lui... Ah bah oui. Monsieur, porté disparu depuis une année. Il était parti, sans rien dire à personne. Bon, pas très étonnant de sa part, c'est vrai, mais... Tout de même. Rien, pas même un hiboux. Peut-être qu'il s'était fait mangé par Aragog depuis le temps ? Ou alors... Il avait recommencé sa vie ailleurs ? Allez savoir. De toute façon, peu importait car, justement, il s'agissait de sa vie. Il avait bien le droit d'en faire tout ce dont il avait envie, non ? Bref. Difficilement, elle arriva à tenir durant toute l'heure. Puis l'heure suivante. Et l'heure d'après. Jusqu'à ce que sa journée de cours soit enfin terminée. Une longue soirée l'attendait. Enfin, surtout ses amis, de pieds ferme, qui ne la rateraient pas si elle venait à leur poser un lapin une nouvelle fois. Oh, car il s'agissait là d'une de ses mauvaises habitudes, oui. Appeler, puis dire que finalement, non... Trop fatiguée, trop ceci, trop cela, pas possible. Certes, ils avaient l'habitude, mais justement, cela les incitait à redoubler d'imagination pour éviter de se faire avoir, comme pour cette fois-ci.

Et vu son comportement, tout avait l'air de rouler comme sur des roulettes. Face à son miroir, vêtue de sa jolie robe, elle tournoyait sur elle-même, encore et encore, admirant son reflet. Et après un petit moment gaspillé ainsi, pour son propre égo, elle sortit enfin de sa chambre. Elle n'avait pas l'habitude de porter des chaussures à talons, et c'était un peu douloureux, mais elle allait bien finir par s'y habituer. Puis elle était une grande fille, voyons. Marchant d'un pas rapide, elle se fit pourtant arrêtée dans son élan par une voix drôlement familière.

PABLO ; « Hé, s'il-te-plait Cendrillon ! Tu n'aurais pas une clop- »

Elle se retourna alors et... Resta clouée sur place. C'était bien Pablo, elle ne rêvait pas. Un revenant. Elle écarquilla les yeux autant que lui, et la surprise pouvait clairement se lire sur son visage. Elle le fixait, ahurie. Il était revenu. Il était revenu. … C'était du fouttage de gueule, voilà ce qu'elle en pensait. Il ne donnait aucune nouvelle pendant une année, partait sans prévenir, et revenait sans donner plus de nouvelles.

PABLO ; « Emily...? C'est toi ? Bon sang... tu... as grandit ? Enfin je veux dire... bordel. »

Elle laissa échapper un petit rire, faussement amusée. L'ironie pouvait clairement se lire dans sa voix. Elle le toisa alors du regard avant de prendre la parole pour la première fois.

EMILY ; « Oh. T'as raison. En une année, j'ai gagné dix centimètres et je suis devenue blonde aux yeux bleus. Cendrillon quoi. J'ai énormément grandi, comme tu dis. »

Monsieur se jouait souvent du monde. Elle était donc en train de faire la même chose que lui. Se faire avoir ? Hors de question. Elle avait été déstabilisée, mais elle s'était vite ressaisie. Hors de question de se laisser aller.

PABLO ; « Je n'aurais pas pensé que tu aies tant changé depuis ce vol de livre... Tu vas où habillée comme ça ? Ou c'est juste pour me revoir ? »

D'accord. Donc en fait, il n'avait vraiment pas changé. C'était bien Pablo, aucun doute là-dessus. Elle laissa de nouveau échapper un petit rire avant de reprendre la parole.

EMILY ; « En ce qui te concerne tu n'as pas grandi du tout. Toujours aussi con, dit-donc. Comme quoi, disparaître pendant une année, ça t'a pas apporté grand chose. Pour assouvir ta curiosité, eh bien je vais à une fête. D'ailleurs, je suis assez en retard comme ça. Tu m'excuseras, mais je vais y aller. J'ai déjà perdu assez de temps à parler à un revenant. … Te revoir. Faudrait déjà que tu préviennes pour que je puisse me préparer à te revoir. Sauf que non, toi, tu disparais et apparaît de nul part à ta guise. »

Dit-elle en soupirant légèrement alors qu'elle tournait les talons, s'apprêtant déjà à repartir. Eh bien quoi ? Elle avait autre chose à faire, voyons. Puis... Elle se méfiait de lui. Il lui avait tout de même pourri l'existence depuis ses quatre ans. Et il avait disparu. Puis il était revenu. … Pas net, pas net du tout. Mais... Pourquoi parlait-il du vol de livre ? Le seul livre qu'elle lui avait jamais volé... C'était à l'âge de quatre ans.

_________________________________
my heart is sinking as i'm lifting up above the clouds away from you. and i can't believe i'm leaving. i don't know what i'm gonna do, i'd give away a thousand days just to have another one with you. but someday i will find my way back to where your name is written in the sand . my paradise is to stand by you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo M. Knight
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 20/09/2010


Identité
Élève de: 7ème année
Animal: Chat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: moi, je ne sais pas parler, je sais exiger, hurler et médire ▬ Ft Emily   Dim 1 Juil - 21:46


Il n'avait pas plus grand secret. Pas plus grand désir. Pas plus grand bijou. Pas meilleure recette ou saveur. Cette sensation douce. Ce nuage. Ce sourire sûr de lui. Il n'y avait plus aucune question qu'il se posait quand elle était là, sauf peut-être jusqu'où allait cette admiration, ces sensations. Ce secret qu'il pourrait crier sur les toits que personne ne le comprendrait quand même aussi bien qu'il ne le ressentait. Non, les seules questions étaient tournées vers elle. Emily avait dressé son égo mais aussi sa curiosité. Mais ignorant tout de ça, elle ne pouvait en ralentir le processus, ni même en maîtriser les conséquences.
C'était con. Vraiment. Mémoire remise à zéro, une année de disparition, journée de débauche et voilà qu'il se retrouvait devant elle.

    Give me love, like her


Elle pouvait l'ignorer, ne pas lui parler, ne pas lui donner sa fichue clope. Il s'en fichait. Sa présence était suffisante. Ce n'était pas une chimère. Mais il n'attendait qu'une chose : qu'elle morde comme une lionne, qu'elle attaque comme une vipère, qu'elle le regarde aussi durement qu'un aigle, qu'elle lui échappe peut-être s'enterrant dans ces trous que les blaireaux font.
Il aurait sourit en sentant son regard sur lui. Il aurait sourit en reconnaissant la surprise dans ses prunelles. Mais lui-même était un peu figé. Pablo l'avait cherché sans se l'avouer depuis son arrivée à Poudlard. Il n'avait attendu que ça, reconnaitre enfin un visage, parler de choses qu'ils comprendraient tous deux. Avoir cette sensation d'aise. De complicité. Qu'elle le voulait ou non, leurs liens se resserraient par cette simple et stupide perte de mémoire. Elle était la seule à pouvoir lui donner ce qu'il attendait : une familiarité partagée. Sans rien faire. Sa seule existence suffisait.

    Cause lately I've been waking up alone


C'était comme se réveiller soudainement et se dire « ah mais oui c'est vrai ! ». Elle prenait avec elle tout ce qui semblait acquis et réel au Serpentard. Il était certain presque de pouvoir un jour s'accommoder à cette perte de mémoire. Que se souvenir n'avait aucune importance après tout. Et c'était vrai quelque part : son tatouage en disait suffisamment, ses rares proches ne lui tenaient guère rigueur de ses problèmes de souvenirs et Emily Carlton faisait toujours partie du paysage. Le ravissant et lui donnant un air moins ennuyeux.
Il avait lamentablement perdu ses moyens devant elle mais il n'y avait bien que devant elle qu'il n'estimait pas ça impossible ou dégradant. Juste trouvait-il cela intriguant et motivant. Un challenge continu.

Une intrigue permanente.
Un jeu sans fin, pour un cœur d'enfant turbulent.

Un cœur. Tu croyais m'enterrer pour longtemps. Attend que le venin refasse surface... Il aurait voulu sincèrement s'opposer à ce muscle qui s'accélérait par l'adrénaline mais Pablo ne se mentait pas à lui-même. Elle était sublime ? Oui et il pourrait très bien lui dire. Il adorait se battre avec elle ? C'était encore plus vrai seulement.

EMILY ; « Oh. T'as raison. En une année, j'ai gagné dix centimètres et je suis devenue blonde aux yeux bleus. Cendrillon quoi. J'ai énormément grandi, comme tu dis. »

Il étira les lèvres bien qu'il avait tout fait pour réprimer ce geste. Il ressemblait au gamin qu'il avait été quand ils s'étaient connu. Celui qui poussait tous les enfants tout sourire à Noël pour leur annoncer en prenant le cadeau le plus à son goût - vive la magie - tout content que le Père Noël n'existait pas et qu'à cause du prix des cadeaux, on mangerait des légumes toute la semaine car ils étaient bon prix !
Elle, elle avait peut-être changé physiquement que son caractère en restait toujours autant un délice. A croire qu'il aimait s'en prendre plein la figure. Venant d'elle, c'était plus honorable qu'insultant.

    Give a little time to me


Il n'avait plus besoin de sa clope. Pablo Mickaël Andrew Knight préférait de loin respirer le parfum d'Emily Amber Carlton. Au moins, elle nuisait pas à sa santé. Si on excluait sa santé mentale parfois.
Ses yeux brillaient alors qu'il la regardait comme si c'était bien elle qui les faisait briller de la sorte. Comme si il n'avait rien croisé de plus fantastique. Même si son attitude transpirait le Serpentard et le gars agaçant. Ses yeux eux avaient toujours été francs.

EMILY ; « En ce qui te concerne tu n'as pas grandi du tout. Toujours aussi con, dit-donc. Comme quoi, disparaître pendant une année, ça t'a pas apporté grand chose. Pour assouvir ta curiosité, eh bien je vais à une fête. D'ailleurs, je suis assez en retard comme ça. Tu m'excuseras, mais je vais y aller. J'ai déjà perdu assez de temps à parler à un revenant. … Te revoir. Faudrait déjà que tu préviennes pour que je puisse me préparer à te revoir. Sauf que non, toi, tu disparais et apparaît de nul part à ta guise. »

Pas grandi du tout ? Tant mieux, il était assez grand de taille et devenir adulte était d'un ennui violent. Il n'y avait qu'à voir leurs professeurs pour ça ! « Toujours aussi con » ... cette phrase résonna dans sa tête. Elle faisait écho à des dizaines de fois où la jeune femme lui avait fait la réflexion. Il fronça les sourcils mais ne se boucha pas les oreilles. Il s'accrocha simplement à son visage du regard pour ne pas perdre pied. Pablo gérait mal les flashs mais cette fois, ce fut infiniment plus simple. Pas sans douleur ou difficulté, puisque tout ce qu'il comprit du reste de sa tirade fut les mots « fête », « retard » mais surtout « je vais y aller ». Pas déjà ! Il avait à peine profité de sa présence. Il se concentra sur ses mots autant que possible pour comprendre. Oh et Merlin ! Il aurait été triste de ne pas entendre ces dernières phrases !
Pablo allait lui répondre, à n'en pas douter, sauf qu'elle tourna vraiment les talons, l'abandonnant à son sort. Il se fichait bien d'être seul mais pas quand il pouvait échanger avec elle. Il précipita quelque pas pour attraper son poignet aussi délicatement que possible.

PABLO ; « Attend s'il-te-plait... Je t'en prie... Donne-moi juste cinq minutes... »

    we'll play hide and seek


Il se racla la gorge, se rendant compte à quel point ça sonnait désespéré. Il ouvrit la bouche plusieurs fois en agitant subtilement la tête cherchant des mots et une attitude qui lui ressemblait, dans les limites qu'il connaissait. Il dessina une nouvelle fois un sourire sarcastique sur ses lèvres.

PABLO ; « Dumbledore m'avait prévenu que mon retour ne te ravirait pas... Seulement on dirait que mon départ lui t'a marqué. Alors je préfère ne plus te lâcher pour le moment, histoire de ne pas te faire encore de mal. »

Il ironisait bien évidemment, Pablo était à cent lieues de croire qu'Emily s'inquiétait pour lui réellement. Elle était une fille juste donc elle ne souhaitait peut-être pas qu'il disparaisse mais ce serait s'accorder trop d'importance que de dire qu'elle s'inquiétait. Il en était certain. Le jeune homme tenait toujours son poignet pour ne pas qu'elle lui échappe encore.

PABLO ; « Sérieusement... Je ne sais pas trop comment dire... Essayons ça : Emily Carlton... t'es tout ce qui me reste. »

Cela sonnait comme une blague mais c'était presque tristement le cas dans plusieurs sens. Il était sérieux, son sourire était tombé et son regard était perdu, toisant avec entêtement la main qui enfermait le poignet de la Serdaigle.

PABLO ; « Ma mémoire... Je ne me souviens de rien. De toi, en revanche, de l'orphelinat, le vieux Dumbledore. C'est limpide. J'ignore comment notre relation a évolué, j'ai des bribes certes hein, enfin en tout cas je devine que ce n'est pas pour le mieux. Mais en attendant... je voulais que tu le saches. »

Il savait aussi entre autre qu'il avait foutu le bordel entre eux.

PABLO ; « Que tu saches que je suis obligé de m'accrocher à ce qui me reste et que j'ai besoin juste de temps. Je n'ai aucune envie de perdre plus, alors même si je dois te saouler comme au bon vieux temps, je suis même prêt à te suivre à ta soirée. »

Le rire de la vipère ricocha sur les mots de sa dernière phrase mais il en aurait été capable. Ce qu'il demandait, c'était juste du temps. Pour rattraper celui qu'il avait perdu et oublié.

_________________________________
Beware, I may be worse than I look...

PABLO > PICASSO > PICA > PIKACHU > CHU > KISS ME!
EMY & PABLO > Oh ? T'as perdu la mémoire alors ? :
 
CUMULUS ; Objet du délit:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily A. Carlton
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 21


Identité
Élève de: 7ème année
Animal: Rat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: moi, je ne sais pas parler, je sais exiger, hurler et médire ▬ Ft Emily   Mar 24 Juil - 3:48

« [...] Toujours aussi con. [...] » Cette phrase, elle lui avait répété tellement de fois. Lorsqu'ils n'étaient encore que d'enfants. A six ans, sept ans... Puis lorsqu'ils entrèrent à Poudlard, lorsqu'ils eurent quatorze ans, et ainsi de suite. Les années s’enchaînaient mais rien ne changeait. Il était toujours le même, gardant ses bons comme ses mauvais côtés. Bon, malheureusement, il ne faisait voir à Emily que ses mauvais côtés, du moins généralement. Ce qui explique pourquoi, depuis leur rencontre jusqu'à aujourd'hui, la jeune femme s'entête à le traiter de « con » dès lors que l'occasion s'en présente. Et elle se présente souvent, bien trop souvent, pour son plus grand malheur. Enfin, elle le connaissait bien, il était comme ça, et on ne pouvait rien y faire. On ne change pas sa nature de toute manière. Bon, elle n'était jamais arrivée à s'en accommoder puisqu'il y avait constamment eu des tensions entre eux mais... Mais il était comme ça. Et puis, au fond... Pablo reste tout de même l'une des personnes voir la personne qu'Emily connaît le plus. Elle s'était réellement inquiétée pour lui lorsqu'il avait disparu. Elle s'était inquiétée pour lui car elle le savait complètement allumée et sans une once de prudence, d'esprit de raisonnement... Bref, une tête brûlée. Elle le savait capable de jouer avec le feu, et de se brûler les ailes. Et puis, disparaître ainsi... Quelques soient les circonstances d'une disparition, elle n'est jamais rassurante. Mais, au fur et à mesure que le temps passait, la jeune femme finit par passer à autre chose, ayant de temps en temps une pensée pour lui, puis vaguant de nouveau à ses occupations. Jusqu'à ce jour, où il finit par se pointer, de nouveau, comme si de rien n'était. Partir, revenir, et sans prévenir... Non, ce n'était pas au goût de la brunette. Si elle était furieuse ? C'est le moins que l'on puisse dire. Elle s'était réellement faite du soucis pour lui, et, justement, le seul fait de s'être inquiétée pour lui alors qu'il se jouait ainsi du monde la mettait hors d'elle. Si au moins il avait une bonne raison, ou s'il avait donné un signe de vie dans le passé, la pilule aurait pu passer. Mais disparaître et réapparaître comme ça, surtout en lui demandant quelque chose d'aussi banale... Qu'une cigarette, en sachant pertinemment qu'elle ne fumait pas... Pitoyable. Oui, car elle pensait qu'il l'avait reconnue dès le départ. C'est que la jeune femme n'avait pas vent de sa perte de mémoire, ni du fait qu'avec une robe pareille, même ses plus proches amis auraient quelques doutes quant à sa véritable identité.

Il avait l'air déboussolé. De la comédie, seulement de la comédie voyons. Il ne pouvait pas en être autrement. Eh bien oui. Elle avait changé... La blague. En une année, on ne change pas. Enfin, surtout elle. Elle ne grandissait plus depuis un petit moment. Elle n'avait pas pris de poids, n'en avait pas perdu non plus, n'avait pas fait de coloration... Elle était toujours la même. Rien n'avait changé chez elle. Une manière comme une autre de tenter de démarrer une conversation, de détendre l'atmosphère sûrement. Sauf que, la jeune femme ne put s'empêcher de lui répliquer que, quant à lui, il était toujours aussi con. Con pour être parti sans avoir prévenu, con pour n'avoir donné aucune nouvelle, et con pour être revenu sans prévenir non plus. Cette phrase sembla avoir un drôle d'effet sur lui. Mais la jeune femme ne resta pas longtemps jusqu'à voir sa réaction. Elle tourna rapidement les talons, se préparant alors à repartir. Elle n'allait pas rester avec lui, pas après tout ce qu'il avait fait.

PABLO ; « Attend s'il-te-plait... Je t'en prie... Donne-moi juste cinq minutes... »

Les yeux de la jeune femme s'écarquillèrent avant même qu'elle ne se retourne. Il venait de la... Retenir ? Mais surtout, il sonnait si... Désespéré. Et ça ne lui ressemblait pas. Emily s'arrêta sur le coup, tournant alors légèrement la tête vers lui, un air ahuri sur le visage. Il la priait de s'arrêter, de lui donner cinq minutes... Que pouvait-il avoir de si important à lui dire ? Peut-être allait-il tenter de se faire pardonner ? Allez savoir. En tout cas, la brunette ne dit rien. Elle resta ainsi, son visage tourné vers lui, son poignet toujours entouré de ses doigts. Elle attendait de voir ce qu'il allait bien avoir à lui dire. Et d'ailleurs, il avait l'air d'avoir du mal à se décider, comme s'il ne trouvait pas ses mots.

PABLO ; « Dumbledore m'avait prévenu que mon retour ne te ravirait pas... Seulement on dirait que mon départ lui t'a marqué. Alors je préfère ne plus te lâcher pour le moment, histoire de ne pas te faire encore de mal. »

Son retour ne la ravirait pas ? Eh bien, ce n'était pas vraiment ça... Disons juste que son retour la mettait en colère, parce que son départ précipité ne lui avait pas plu, et le fait qu'il revienne ainsi, comme un cheveu sur la soupe... Elle avait du mal à le supporter. Elle avait bien remarqué son sourire sarcastique, et elle était bien décidée à avoir le même comportement que lui. Elle esquissa un sourire à son tour, un peu pareil au sien.

EMILY ; « Ne me fais pas croire qu'en l'espace d'un an tu as changé au point de te soucier maintenant du mal que tu pouvais faire aux autres. Bon dieu, tu n'es vraiment plus le même dit-donc. »

Eh bien oui. Car s'il s'en souciait réellement, il aurait prévenu avant de disparaître, histoire de ne pas inquiéter le monde. Mais il ne s'en souciait pas, du « monde », justement. Elle le pensait dur comme fer, oh oui. Que des autres, il n'en avait strictement rien à faire. Enfin, c'est l'impression qu'il lui donnait en tout cas, et qu'il lui a toujours donné, depuis leur plus jeune âge. A l'orphelinat, il maltraitait les autres enfants. A Poudlard, il faisait tourner le monde en bourrique. Comme quoi, elle a des raisons valables de le penser, non ?

PABLO ; « Sérieusement... Je ne sais pas trop comment dire... Essayons ça : Emily Carlton... t'es tout ce qui me reste. »

Cette révélation fut pour le moins... Surprenante. Tellement surprenante que la jeune femme manqua de s'étouffer avec sa propre salive. Elle le fixait, étonnée. Elle était tout ce qu'il lui restait ? Comment ça ? Tous ses autres « amis » lui avaient tourné le dos et elle était encore la seule à daigner lui adresser la parole ? S'il ne paraissait pas si sérieux, Emily aurait immédiatement cru à une blague de sa part.

PABLO ; « Ma mémoire... Je ne me souviens de rien. De toi, en revanche, de l'orphelinat, le vieux Dumbledore. C'est limpide. J'ignore comment notre relation a évolué, j'ai des bribes certes hein, enfin en tout cas je devine que ce n'est pas pour le mieux. Mais en attendant... je voulais que tu le saches. »

D'accord. Emily s'attendait à tout... Mais pas à ça. Sauf que, grâce à ces explications, tout paraissait plus clair. Le fait qu'il lui dise qu'elle avait changé, le fait qu'il ait parlé du livre, qu'il ait paru si perdu en la retrouvant... Ces quelques phrases suffirent à faire s'envoler la colère de la jeune femme. Peut-être qu'il n'avait pas prévenu de son arrivé justement à cause de sa perte de mémoire. Ou alors peut-être qu'il avait disparu pendant une année parce qu'il avait perdu la mémoire un jour, en sortant faire un tour, et qu'il n'avait donc pas pu revenir à Poudlard étant donné que cela ne lui disait plus rien... Peut-être que ce n'était pas de sa faute, en fait. Et il serait donc injuste de lui en vouloir, non ? Le regard d'Emily s’adoucit alors qu'elle écoutait son récit. Dumbledore avait raison, et lui n'avait pas tort. Leur relation n'avait pas évolué pour le mieux, loin de là. Mais pas au point qu'elle ne se soucie pas de ce qui pouvait bien lui arriver.

PABLO ; « Que tu saches que je suis obligé de m'accrocher à ce qui me reste et que j'ai besoin juste de temps. Je n'ai aucune envie de perdre plus, alors même si je dois te saouler comme au bon vieux temps, je suis même prêt à te suivre à ta soirée. »

Il avait ri. Mais elle était restée de marbre. Elle n'avait pas envie de rire, elle trouvait tout simplement cela... Triste. Perdre la mémoire, et ne plus avoir aucun repère. Enfin, si. Il avait encore un repère. Et c'était elle. Du moins, c'est ce qu'il clamait. La jeune femme tira légèrement sur son poignet, histoire qu'elle puisse de nouveau recouvrir toute liberté de mouvement, et retira alors ses chaussures, se mettant à avancer jusqu'à l'escalier pour s'asseoir sur l'une des marches.

EMILY ; « ... De toute façon, cette soirée ne me tentait pas trop, et puis ces chaussures me font trop mal aux pieds alors … »

Une façon comme une autre de lui faire comprendre qu'elle allait rester. C'est bien ce qu'il voulait, non ? Qu'elle reste ? Eh bien, elle allait rester. Elle ne pouvait s'empêcher d'être compatissante. Elle n'allait tout de même pas l'abandonner à son cas et partir faire la fête. Elle n'avait pas un cœur de pierre. Et ses amis, quant à eux, allaient devoir s’accommoder d'un énième lapin. Enfin, ils avaient l'habitude, non ? Bref. Après avoir fixé un petit moment le sol, silencieuse, la jeune femme releva son regard vers Pablo.

EMILY ; « Tu te souviens de pourquoi tu es parti ? De pourquoi tu n'as prévenu personne ? Parce que je suis assez curieuse concernant cette histoire. Tu t'es volatilisé, comme ça, du jour au lendemain. Notre relation n'était déjà pas très bonne mais ça n'a fait que la dégrader encore plus. Et puis... Tu te souviens de quoi, exactement ? Même me concernant ? ... »

Eh bien oui, elle était curieuse. De quoi pouvait-il bien se rappeler au juste ? Et à quelle... Année était-il resté coincé ? Et puis...

EMILY ; « Pourquoi tu ne te rappelles que de Dumbledore et de moi, au juste ? Surtout que... Tu m'as toujours saoulé comme tu dis, depuis l'orphelinat. J'étais plus un passe-temps qu'autre chose à tes yeux. Alors, je ne vois vraiment pas pourquoi je suis... Ce à quoi tu dois te raccrocher. »

Elle avait bien raison d'être méfiante, non ? Enfin, même si c'était plus de la curiosité là aussi que de la méfiance. Elle ne comprenait pas comment il pouvait se souvenir de tout ce qui la concernait, ou d'un bon nombre de choses la concernant, alors que depuis touts petits ils n'avaient fait que de s'entretuer. … Il avait voulu qu'elle reste en sa compagnie, il allait devoir s’accommoder de ses nombreuses questions maintenant.

_________________________________
my heart is sinking as i'm lifting up above the clouds away from you. and i can't believe i'm leaving. i don't know what i'm gonna do, i'd give away a thousand days just to have another one with you. but someday i will find my way back to where your name is written in the sand . my paradise is to stand by you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: moi, je ne sais pas parler, je sais exiger, hurler et médire ▬ Ft Emily   

Revenir en haut Aller en bas
 

moi, je ne sais pas parler, je sais exiger, hurler et médire ▬ Ft Emily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le langage des fleurs... Petit test...
» Je t'aime faussement, tu m'en veux ? [PV Olivia]
» Je jure de parler sans haine et sans crainte, de dire toute la vérité, rien que la vérité. - Version courte
» Je sais une église... écrit sans un seul O
» "Je t'apprécie beaucoup tu sais...."(with EMY!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le chant du Phénix :: Le chateau :: Rez-de-chaussée :: ➣ Cour extérieur-