AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Attrape-moi si tu peux. || Pv Gabrielle

Invité


MessageSujet: Attrape-moi si tu peux. || Pv Gabrielle   Lun 16 Juil - 21:58

Jason était assis sur un des fauteuils de la salle commune des Serdaigle, en train de lire un livre sur l'Histoire des Moldus. Pas qu'il était totalement passionné cela, pour lui c'était plutôt une discipline comme une autre, mais il avait commencé à s'y intéressé pour se révolter contre ses parents sans avoir à dire le moindre mot. Il savait bien que s'il avait eu à leur tenir tête, il aurait encore fait preuve d'une grande timidité, ce qui était légèrement maladif chez lui. Et pourtant, il avait l'impression que personne le croyait quand il disait qu'il essayait de changer cela. Pour presque tous, Jason n'était qu'une petite créature timide, qui n'osait jamais se défendre, et qui n'avait rien trouver de mieux que de se cacher derrière le peu d'ami qu'il avait. Nikita par exemple, qui avait pris depuis les premières années qu'il avait passé à Poudlard, le rôle de protecteur du blond.

Il ne faisait pas si froid que ça dans la salle commune pour une nuit d'hiver. En même temps, elle était correctement chauffée et le Serdaigle avait pensé à mettre un pull chaud ce matin. Il s'habillait toujours chaudement en hiver comme il adorait cette saison et qu'il voulait pouvoir tranquillement sortir dans le parc sans souffrir du froid. Et de la neige. C'était quelque chose qu'il trouvait de merveilleux, même si certains en profitaient pour se moquer de lui en lui rappelant que la blancheur de la neige était proche de celle de sa peau.

Jason était tellement plongé dans la lecture de son livre qu'il n'avait pas remarqué que quelqu'un venait d'arriver dans la salle commune. Et pourtant, s'il l'avait vu, il serait parti en courant le plus vite possible, avant qu'elle ait eu le temps de voir qu'il était là. Oui, elle. La personne qu'il voulait tant éviter était une Serdaigle de dernière année et, d'après le blond, un vrai montre. En fait non, c'était largement pire que ça. Cette fille était son pire cauchemar. Ou au moins, quelque chose qui y ressemble. Cette fille aimait l'embêter et le faire souffrir, il en était sûr et d'ailleurs, elle était même pire qu'Ewen. Alors pourquoi était-elle à Serdaigle ? En fait, il ne s'était jamais vraiment posé la question. Il préférait se cacher et essayait d'oublier son existence.

Beaucoup de gens traitent Jason de peureux et le fait qu'il essayait de se cacher derrière son livre pour qu'elle ne le reconnaisse pas leur donnerait largement raison. Le pire, c'est qu'il savait que ça ne servirait à rien et qu'elle allait lui pourrir sa journée, qui aurait pourtant pu se finir tranquillement. Il aurait fallu qu'il ne la croise pas ou alors qu'il est le pouvoir de disparaître. Il devait avouer que sur le coup, ça lui serait très utile. Disparaître, et à la limite réapparaître dans son dortoir, là où elle ne pouvait pas le suivre. Ça serait magnifique. Magique même. Et évidemment, il avait beau être à Poudlard, rien ne pouvait le sauver de cette folle. En plus, c'était le diable en personne avec ses longs cheveux roux.

Avec un peu de chance, elle n'allait pas le remarquer, elle allait partir loin et il pourrait rentrer sans avoir à lui adresser le moindre mot. C'était ce qu'il se répétait en boucle depuis qu'il l'avait aperçu. Il savait par contre, qu'il y avait peu de chance que ça se réalise, mais qui sait, les miracles existent d'après ce bouquin sur l'histoire des moldus. Enfin, dans leur monde en tout cas. Pourquoi ça ne pouvait arriver dans le monde des sorciers de temps en temps ? D'ailleurs, si à cause de ce livre il devait avoir à supporter Gabrielle, il allait faire plaisir à ses parents en oubliant tout ce qu'il savait des moldus pendant un certain temps.
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Allen
avatar
Messages : 200
Date d'inscription : 13/07/2012


Identité
Élève de: 7ème année
Animal: Hiboux/ Chouette
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: Attrape-moi si tu peux. || Pv Gabrielle   Lun 13 Aoû - 21:54

Je t' attraperais...
Méchante ? Non, je ne l'étais pas. Il était rare d'entendre des moqueries couler de mes lèvres douces. Il était rare de m'entendre tout simplement. Certes j'étais froide. Certes j'étais franche et parfois un peu trop acerbe et sèche. Mais je désire simplement que l'on me foute la paix. Je déteste les lâches. Je déteste ceux qui fuient. Ceux qui se cachent derrière les autres. Toutes ces personnes qui fuient et se voilent la face. Je déteste toutes les personnes qui me rappellent mes parents. Eux qui se vantait d'être des sangs purs. Mais qui ne l'honorait en rien. Moi je l'ai fais. Moi je le fais. Alors oui peut-être suis-je un peu trop dure avec certaines personnes.. Mais ce n'est pas méchant. Juste peut-être pour les éveiller. Les réveiller brutalement. Qu'ils daignent enfin se rebeller. S'exprimer. Se faire entendre et réagir. Qu'ils cessent d'être de simple poupée de tissu. Alors, oui mon doux Jason, aies peur. Détestes-moi autant que tu voudras, je m'en fiche. Tout ce que tu peux dire m'est totalement indifférent. Cela glisse contre moi, et s'explose à mes pieds. Le jour où tu cesseras de te cacher derrière ce livre, le jour où tu cesseras de changer d'escaliers ou de couloir quand tu me verras approcher... Peut-être bien que ce jour là je commencerais à t'apprécier. Et à arrêter de te titiller. De t'humilier. De te blesser peut-être de mes mots. Et le jour où tu te rebelleras... Peut-être bien que je sourirais. Et que je serais fière de toi.

Mais ce jour là, n'est pas prêt d'arriver.
Car une fois encore, à peine avait franchis la porte de la salle commune des Serdaigle que tu t'enfonçais dans ton fauteuil. Tu te dissimulais derrière ces pages. Comme si j'étais idiote. Ou aveugle. Et cela m'agaçait. Je m'arrêtais alors au milieu de la salle chaude, alors que ma cape s'affaissa doucement, retombant mollement le long de mon corps. De la neige fondait sur mes épaules. Dans ma crinière rousse retenu par deux baguettes noires en ébènes. Elle brillait. J'avais le visage fermé. Et puis je penchais doucement mon visage sur le côté en plissant légèrement les yeux.

« Tu es ridicule, Adams. »

Je m'approchais alors de son fauteuil, et je lui arrachais son livre des mains. Mon index marqua la page où il en était -oui je n'étais pas totalement ignoble- et je le fermais doucement pour lire le nom brillant sur la couverture. L'histoire des Moldus. Des moldus. Je retins un rictus de dégoût, et puis je lui rendais son livre en soufflant d'une voix suave alors que je plantais mon regard dans le sien :

« A ta place, j'éviterais de me renseigner ouvertement sur eux. Parce que si on en croit notre incroyable et impétueux Potter... Il serait de retour. Après eux, ce sont les gens comme toi, qui y passeraient. Délicieux, n'est-ce pas ? »

Je lâchais alors le livre, qu'il l'ait en main ou pas. Je me redressais et tira sur le ruban qui retenait ma cape autour de ma gorge. J'attrapais le tissu que je posais non loin de la cheminée, dans laquelle crépitait des flammes dansantes.

« Mais j'imagine que tu as le temps. »

Doucement je vins m'asseoir en face de lui, et je ramenais mes jambes prêt de moi, posées sur le fauteuil en velours bleu. Je le fixais, comme toujours, sans sourire. Si vide. Si dérangeante. J'adorais l'embêtais. Et je détestais le voir inerte.

« As-tu passé une bonne journée, Adams ? ... Si bien évidemment nous éliminons mon apparition dans ta soirée. Naturellement. »

Sarcastique en plus cela. Evidemment. J'avais pleinement conscience qu'Adams ne pouvait pas me voir. Pas même en peinture.

Sans courir.

_________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: Attrape-moi si tu peux. || Pv Gabrielle   Sam 25 Aoû - 19:33

Jason aurait dû se douter qu'il n'avait aucune chance d'échapper à Gabrielle ce soir-là. Voire d'échapper à Gabrielle tout court. Au final, la seule solution quand il l'avait aperçu aurait été de courir dans toute la salle commune pour atteindre son dortoir. Là, il aurait été en sécurité, puisqu'après tout, cette fille n'était pas une furie qui lui aurait sauté dessus pour le rattraper juste pour le faire souffrir. Mais il ne l'avait pas fait. Il n'avait pas pu le faire. Elle le terrorisait. Il avait eu peur de bouger. Décidément, la peur finirait par le tuer. Peut-être pas ce soir, elle n'était pas folle à ce point quand même, enfin, il l'espérait. Mais de toute façon, ils étaient dans la salle commune, elle n'oserait pas le taper. Le problème, c'est que Jason n'a pas simplement peur de la violence physique. Au contraire, c'est peut-être ce qu'il redoute le moins. Lui, il a peur qu'on lui parle, qu'on lui rappelle ce qu'il est.

Maintenant, il était bloqué là, c'était trop tard pour bouger. Elle l'avait repéré, lui avait parlé. C'était la fin. Il ne pouvait plus se résoudre à fuir, mais il se savait trop faible pour l'affronter, pour lui montrer qu'il n'avait pas peur. En fait, il était incapable de mentir là-dessus. Il était terrorisé. Et le pire c'est qu'elle le savait très bien. « Tu es ridicule, Adams. » Il n'avait pas besoin d'elle pour le savoir ça. On lui avait toujours dit. Ses parents lui avaient répété pendant des années pour être sûr qu'il le comprenne bien. C'était en partie ces petites phrases quotidiennes qui avaient contribuaient à faire de Jason ce qu'il était maintenant. Et c'est pour ça qu'il avait toujours détesté Gabrielle. Elle était comme eux, elle lui faisait penser à sa famille.

Il aurait voulu lui répondre quelque chose, mais les mots étaient coincés au fond de sa gorge. Comme d'habitude. En fait, elle avait raison. Il était vraiment ridicule à ne pas pouvoir répondre à une fille qui n'allait rien lui faire. Mais, il fallait le comprendre. Elle venait de se rapprocher d'elle. Et Jason tient à ce qu'il appelle une distance de sécurité, qui avec la rousse fait plus ou moins cinq mètres. Et encore, plus c'est mieux. Il la vit prendre son livre sans pouvoir rien dire. Si ça en avait été un autre, peut-être qu'il aurait réussi. Mais pour lui, le sujet, Histoire des Moldus, était un peu spécial. On l'avait tellement blâmé parce qu'il s'y intéressait qu'il avait du mal à prendre sa défense quand il s'agissait de ça.

Sa référence à ce que Harry disait le gêner. Il n'avait jamais vraiment su qui croire. Quoi croire. Il avait toujours vécu dans un monde qui donnait totalement raison au Ministère de la Magie. Ses parents ne lui avaient jamais vraiment laissé le choix. Mais depuis qu'il est à Poudlard et qu'il a l'âge de réfléchir tout seul, il avait toujours tout fait pour penser que le Ministère mentait. Et pour ça, il avait même été jusqu'à écouter les théories de Luna Lovegood, une folle de sa maison. Mais dans cette situation, c'était différent. D'un côté, tout le monde pensait celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom mort. Mais d'un autre, il y avait vraiment eu un mort sûr. Cédric, le Poufsouffle. Bien sûr, il était à Serdaigle et n'avait jamais été proche de lui. Mais en faisant partie de l'équipe de Quidditch de sa maison, il savait très bien que Cédric était quelqu'un de fort, et que Harry n'était pas un assassin.

Il n'aimait pas commencer elle prononçait ses phrases. Comment elle parlait des gens comme lui. D'ailleurs, parce que ça ne voulait dire qu'une chose qui ne l'étonnait pas vraiment. Beaucoup de gens pensent qu'en cas de retour, être un sang-pur les sauverait. Mais Jason, lui savait que ça serait sûrement pire. Déjà, parce qu'il détestait ce soit-disant rang. En fait, ça faisait longtemps qu'il avait pris l'habitude d'être considéré comme un traître à son sang, même par ses parents.

« Je... Je comprends pas pourquoi vous détestez les moldus... Et je préfère mourir avec eux... Plutôt que de vivre pour des raisons idiotes de sang... »

Il rattrapa son livre et baissa les yeux. D'accord, il avait réussi à parler, c'est sûr qu'il y avait une amélioration, mais tenir tête à Gabrielle, c'était une perspective qui ne l'enchantait pas vraiment. Surtout quand elle s'assit en face de lui et se mit à lui parler. Il n'avait aucune envie de lui raconter sa journée qu'elle venait de gâcher. S'il avait eu juste un peu plus de courage, il se serait levé et serait parti. Mais sur le coup, le seul acte courageux qu'il pouvait envisager était de lui répondre. S'il ne le faisait pas, ça serait largement pire, et il préférait éviter tout massacre.

« Très... Très bonne. »

Pas la peine de lui dire que son apparition était un véritable cauchemar, elle le savait très bien. Cette fille n'est pas à Serdaigle pour rien, quand même. Et pas la peine non plus de lui demander si elle a passé une bonne journée. Déjà, il ne voulait pas le savoir. Et en plus, si elle voulait vraiment lui raconter, elle ne s'en priverait sûrement pas, avec ou sans son accord.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Attrape-moi si tu peux. || Pv Gabrielle   

Revenir en haut Aller en bas
 

Attrape-moi si tu peux. || Pv Gabrielle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une invitation que,malheureusement je ne peux refuser(PV HC)
» Gabrielle Delacourt
» ♦ Gabrielle de Vendôme ▬ « Une fille pure, si naïve et angélique va voir quelques plumes tomber de ses ailes. »‏‏‏‏
» Gabrielle Epitafios Haintworth {OK}
» croque-moi si tu peux - jeudi 24 mai, 14h17

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le chant du Phénix :: Le Flood :: La corbeille :: Anciens rps-