AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen

Jordan MacLane
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 22


Identité
Élève de: 7ème année
Animal: Hiboux/ Chouette
Ton inventaire?:

MessageSujet: Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen    Dim 5 Aoû - 23:49

Les sorties à Pré-au-Lard. Voilà quelque chose qu'attendaient avec beaucoup d'impatience les élèves de Poudlard. Surtout depuis qu'un monstre horrible du ministère était venu se mêlait de leurs affaires. On pouvait donc largement comprendre qu'ils avaient besoin de se détendre, de s'éloigner de la prison qu'était devenu leur cher école. Et la petite ville composée essentiellement de sorciers étaient l'endroit rêver pour cela. Bon, il fallait quand même éviter de faire n'importe quoi, et des fois, Jordan préférait rester à Poudlard pour préparer quelques coups, mais là il n'avait pas le choix. C'est pour ça qu'il prenait comme beaucoup d'autres, la direction du village enneigé en compagnie d'amis à lui. Et pour une fois, il n'en était même pas heureux.

Jordan allait mal. Il aurait largement préféré rester seul, loin de tout ce monde qui venait lui parler avec leurs grands sourires habituels. Sourires qu'il leur rendait évidemment. Il fallait toujours faire bonne figure, même quand tout allait mal. Et c'est pour ça qu'il fit comme si de rien n'était en se dirigeant vers Zonko, la boutique de Farces et Attrapes de Pré-au-Lard. Bien sûr, c'était rare qu'il aille dans un endroit pareil, vu que ses parents avaient l'habitude de lui envoyer par hiboux pleins d'accessoires que Rusard jugeait illégal. Le problème c'est que c'était avant. Maintenant la bonne du ministère faisait fouiller tous les courriers et les colis et il avait du leur dire d'arrêter. Bien sûr, ce n'était pas la fin du monde, il savait très bien qu'il y avait des choses beaucoup plus graves que ça. Mais ça l'ennuyait quand même. Il était à Poufsouffle, c'est-à-dire dans la maison de ceux qui avaient actuellement le plus besoin de rire.

Le blond sortit alors de la boutique en s'éloignant des personnes avec qui il était venu avec un prétexte complètement débile. Ce n'était pas vraiment dur aussi. Il avait juste à dire qu'il avait un quelconque rendez-vous, il n'y avait aucune raison qu'ils cherchent la vérité. Mais maintenant, où allait ? Voilà la question qu'il se posait. Retourner à Poudlard peut-être, vu qu'il ne devait plus y avoir grand monde là-bas. Bien sûr, c'était bizarre que lui, le mec super sociable qui adorait être entouré par plein de gens réagissent comme cela.

En fait Jordan était dans cet état-là à cause d'une seule personne. Ewen MacGayl, un traite de Serpentard. Qu'est-ce qu'il pouvait le haïr quand il y pensait. En fait, ils avaient eu une relation assez spéciale, du genre celle que le Poufsouffle n'a qu'avec ceux qu'il considère comme ses amis. Du coup, il avait forcément commencé à le prendre pour un de ses amis. Ewen. Un ami. La blague, il s'en était rendu compte. Surtout quand il avait commencé à l'ignorer du jour au lendemain. Et même si Jordan ne voulait pas l'avouer, ça lui avait fait mal. Comment pouvait-on trahir quelqu'un à ce point ? D'ailleurs, en parlant d'Ewen, Jordan avait l'impression d'avoir aperçu sa chevelure blonde qui allait vers la Cabane Hurlante.

C'est à ce moment-là que Jordan se rendit compte qu'il n'avait eu aucune occasion jusqu'à présent de s'expliquer avec le Serpentard. De l'engueuler, de lui demander pourquoi. De le taper à la limite, surtout après ce que le Poufsouffle avait lu dans le Canard Ensorcelé. Non, le trahir lui, ça allait. Mais s'il touchait à Gabriel, il le tuerait c'était sûr. Et c'est entre autres ce qui le poussa à se dirigeait vers la maison hantée. Il n'y avait personne de Poudlard en plus, ce qui était simplement parfait puisque sinon, il refuserait sûrement de lui répondre. Il le trouva assis loin de tout regard. Et lui alors, pourquoi restait-il seul ? Il n'avait pas trahi jusqu'aux dernières nouvelles. Et puis si c'était le cas, il le méritait totalement de toute façon.

« Ewen ! Tu me dois une explication, tu crois pas ? »

Il était en colère, ce qui était quand même rare et le montrait très bien. Il n'y avait aucune raison qu'il se modère en présence de ce sale traite. Il savait très bien que ça lui donnerait une raison de plus de le faire souffrir. Mais d'un côté, c'était normal pour un élève de Serpentard.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ewen MacGayl
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 05/06/2012


Identité
Élève de: 6ème année
Animal: Chat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen    Lun 6 Aoû - 18:58

Les sorties à Près au Lard, une bonne façon de se retrouver seul. D'abord suivre le flot de monde, sourire à quelques personnes, sortir deux ou trois phrases piquantes, pour finalement réussir à s'enfuir de cette mer de monde. Le blond s'en alla. Il dit rentrer plus tôt à Poudlard, à cause d'un mal de tête. Une bonne excuse... Ewen avait juste besoin de s'isoler. Sa main serrait dans la poche de son manteau de laine une lettre encore cachetée. Une réponse. Une réponse qui a été bien trop rapide pour être bonne. Il fallait qu'il soit seul pour la lire, pour en souffrir.

Il se laissa tomber la neige, son dos s'appuyant contre le bois usé de la cabane hurlante. Il attrapa la lettre, l'ouvrant avec hésitation. Il avait peur. Il savait très bien qu'il avait fait ses choix mais... Mais comment accepter que les êtres qui vous ont mis au monde son incapable de vous laisser faire vos propres choix ? Comment accepter que la seule trahison à laquelle on doit faire face est celle que l'on a toujours redouté ? Celle qui fait le plus de mal. Celle qui n'est pas naturelle. Ses yeux parcouraient avec difficulté les lignes sur le papier. Chaque mot était une lame se plantant dans son cœur. Peut-être mourrait-il définitivement après cela. Peut-être deviendrait-il réellement sans cœur. Une coquille vide.

C'était fini. Il le savait à présent. Totalement fini. Il n'avait plus rien. Plus de famille. Plus de soutien. Si tant est qu'il en avait eu un jour. Sa tête alla s'appuyer sur ses genoux, recroquevillé sur lui-même, il n'était qu'une petite bête fragile, perdue, blessée. Quelque soubresauts témoignaient des sanglots qui déchiraient son corps frêle. Pourquoi ? Pourquoi n'avait-il pas pu l'aimer ? Pourquoi n'était-il qu'un pion à présent délaissé ? Pourquoi ?

Le blond n'entendit pas Jordan arriver. Il n'entendait plus grand chose pour dire vrai. Il sursauta en découvrant qu'il n'était plus seul. Relevant un visage ravagé par les larmes. Ses yeux s'écarquillèrent en découvrant son ancien amant. Un garçon qu'il ignorait depuis peu. Pour se protéger, il ne voulait pas que Jordan s'approche trop de lui. Il savait que ce garçon était trop sociable pour se contenter de quelques caresses et baisers, il aurait voulu parlé, en apprendre plus sur lui, le comprendre. Et cela, Ewen n'y était pas près.

Aussi, il était surpris de le voir. Surpris de l'entendre. Surpris de sa colère aussi. Qu'avait-il ? Quelles explications ? Ewen se demandait ce que voulait savoir le garçon. Et surtout, pourquoi il venait maintenant ? Il n'aurait pas pu tomber à un autre moment ? Il se leva, lentement, avec difficulté, s'appuyant contre la paroi de la maison.


« Quelles explications tu veux ? Je pense pas vraiment avoir de compte à te rendre sur quoi que ce soit ! »répondit-il avec le peu de contenance qu'il pouvait avoir.

Il replia la lettre qui était encore dépliée entre ses doigts. Lentement. Il la remit dans sa poche. Il prit appui sur le mur, et avança. Il voulait partir, il n'avait pas la force de soutenir cette confrontation. Il s'arrêta néanmoins à côté de lui.

« Tu n'en as pas eu assez c'est ça ? Tu croyais que ça continuerait pour toujours toi et moi ? Que je serais toujours à ta disposition ? Arrête ton cinéma, je ne t'ai jamais rien promis. Alors n'exige pas de moi quoi que ce soit. »déclara-t-il alors que ses yeux s'embuaient à nouveau de larmes.

_________________________________

" La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder." Oscar Wilde
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jordan MacLane
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 22


Identité
Élève de: 7ème année
Animal: Hiboux/ Chouette
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen    Dim 12 Aoû - 11:14

Jordan, ce n'était pas le genre de mec à crier sur quelqu'un qui est en train de pleurer. Loin de là. Il est plutôt le genre de personne à consoler n'importe qui, ses amis en priorité mais aussi ses connaissances. On pourrait même croire qu'il serait prêt à aider les gens qu'il déteste. Et lui aussi. Enfin, il serait prêt à le croire en voyant Ewen, le Serpentard qui l'a trahi et qui essaye de faire souffrir un de ses plus proches amis. C'est pourquoi Jordan restait là. Sans réagir. Parce qu'il se demandait comment réagir. Il ne voulait pas lui faire de mal, l'engueuler. C'était contre sa nature. Mais il savait que lui n'hésiterait pas. Il l'avait déjà fait souffrir, en le trahissant.

Pour faire simple, Jordan était devant un dilemme. Un énorme même. Surtout qu'il se doutait, même s'il ne le connaissait pas vraiment, que Ewen n'était pas vraiment content de le voir ici. Encore plus que d'habitude. Ce n'est pas vraiment le genre de personne à pleurer devant les autres, parce que pleurer c'est montrer ses faiblesses. Alors Jordan s'en voulait. Au fond de lui, il savait qu'il ne devait pas être là, qu'il devrait partir et laisser Ewen avec ses problèmes et revenir plus tard. S'expliquer plus tard, même s'il lui avait dit qu'il n'avait à dire. Il n'en était pas sûr. Ewen n'était pas méchant, il en était sûr. Et même s'il était à Serpentard, il avait du mal à se dire qu'il était un traître.

Seulement, il ne pouvait pas rester là à rien faire. Et il se doutait que bizarrement Ewen n'avait pas envie de compassion de sa part. Peut-être qu'il n'en avait pas envie tout court. En tout cas, de lui, ce serait mal placé. Alors il se força à prendre en compte ce qu'il lui dit, ce qui le faisait souffrir mais qui au moins attirait son attention sur autre chose que les larmes dans les yeux du Serpentard. Il le regarda, plein de colère.

« Arrête ça Ewen ! Arrête de te faire passer pour un monstre sans cœur ! »

Et en disant cela, il lui donna une baffe. Peut-être qu'il avait abusé. Peut-être qu'il aurait vraiment dû partir, sans rien dire. Mais à cet instant, il ressentait pour Ewen plus de la pitié que de la haine. Lui, il était heureux, entouré d'amis, de personnes sur qui comptait alors que l'autre blond, il était seul. Enfin, il n'en savait rien, il pouvait juste tenter de deviner. Mais même. Il aimerait savoir pourquoi il pleurait. Et l'aider ? Jordan se serait baffé s'il n'était pas en présence du Serpentard. Il devait arrêter de vouloir l'aider. Parce que déjà, il n'accepterait jamais son aide, et qu'en plus, il ne devrait pas vouloir aider quelqu'un qui l'avait trahi.

Que faire. Il s'assit à côté de lui et sortit son paquet de cigarettes. Il fumait toujours quand il était stressé. Et là c'était le cas. Il alluma une cigarette et au lieu de ranger le paquet à l'endroit qu'il occupait quelques minutes plus tôt, il fit un signe à Ewen, pour lui demander s'il en voulait.

« Tu sais, si j't'en veux, c'est pas pour une question de relation à la con. »

Sa voix se stoppa. Que dire de plus ? C'est parce que tu m'as trahi. Voilà ce qu'il aurait envie de crier. Mais il ne pouvait pas, parce qu'il le savait, on ne dit pas ça à quelqu'un qui est en train de pleurer.

« J'suppose que tu refuses de me dire pourquoi tu pleures... »

En fait, il ne serait pas permis de lui demander directement pourquoi il pleurait. Sûrement parce que ça ne le regardait pas vraiment.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ewen MacGayl
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 05/06/2012


Identité
Élève de: 6ème année
Animal: Chat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen    Dim 12 Aoû - 17:23

La gifle le surprit. Il ne s'y attendait pas. Pour dire vrai, il s'attendait à tout sauf à cela venant d'un garçon comme Jordan. Elle n'était pas vraiment forte. Elle ne faisait même pas mal. Un léger picotement à cause du froid, mais ce n'était rien. Il avait connu bien pire. Son père était bien moins doux dans sa colère. Non, ce n'était pas le geste qui faisait mal. C'était de réaliser. De se dire qu'une personne qui était loin d'être un ami le remettait à sa place, comme l'aurait sans doute fait un réel ami. Il détourna le regard à l'affirmation de Jordan. Arrêter d'être un autre ? Le pouvait-il vraiment après toutes ces années à faire semblant ? Au fond, c'était un peu devenu son véritable mode de pensée non ? Le masque s'était incrusté à sa peau et le retiré était beaucoup trop douloureux. Mais peut-être se briserait-il. Les fissures apparaissaient déjà sous ses sourires.

Et puis, pourquoi était-ce lui ? Pourquoi était-ce un type qu'il avait méprisé, maltraité qui agissait ainsi envers lui ? S'était-il donc toujours à ce point trompé sur tout le monde ? Il ne savait plus. S'il avait su quelque chose un jour. Au fond, il n'avait toujours été qu'un ignorant, il ne voulait pas connaître les autres. Il n'avait jamais voulu s'attacher avec profondeur. Jamais voulu que quelqu'un le voit ainsi. Alors, qu'allait-il faire maintenant ? Ses yeux virent le paquet de cigarettes tendu. Son bras se tendit, et il en attrapa une après une légère hésitation. Ce genre de choses, il ne les avait jamais fait qu'avec Pablo. D'ailleurs, personne ne devait savoir qu'il fumait. Seulement voilà, Pablo n'était plus tout à fait le même, et Ewen n'aurait jamais été capable de pleurer dans ses bras. Cela ne marchait pas comme ça entre eux.


« Merci... »murmura le blond d'une voix effacée.

Puis, il se laissa retomber à côté de l'autre garçon, ses jambes se pliant sous son poids dans une position assez étrange, pliées sur le côté, on l'aurait presque cru désarticulé. Il écoutait d'une oreille lointaine ses propos. Il ne lui en voulait pas pour leur relation ? Mais alors pourquoi lui en voulait-il ? Il ne comprenait pas vraiment la logique de ce garçon, et il n'avait pas l'air de vouloir épiloguer là dessus pour le moment. Ewen aurait peut-être préféré. Parler de lui, plutôt que d'être confronté à sa question implicite. Ses mains allèrent fouiller ses poches à la recherche d'un briquet. Il en sortit un vieux zippo. Ses doigts tremblaient tellement qu'il mit une trentaine de secondes à allumer sa cigarette.

Sa tête s'appuya contre le bois de la cabane. Le ciel était nuageux. Sombre. Sans doute allait-il encore neiger. La fumée passa ses lèvres, elle semblait fuir son corps de sa volonté propre tant le souffle du garçon était faible. Puis ses yeux se tournèrent vers Jordan. Il regrettait ce qu'il avait fait subir à ce garçon. Il ne le méritait pas. Il était trop gentil pour mériter de souffrir. Et pourtant il s'était autorisé sans vergogne de piétiner ses sentiments quels qu'ils aient été.


« Pourquoi je refuserais ? Tu es peut-être ce qui se rapproche le plus d'un ami parmi toutes les personnes qui m'entourent... Et puis, les nouvelles vont vite dans l'école, tu serais vite mis au courant de ce qui m'arrive. Je ne laisse pas quatre jours à Feulwood, Malfoy et toute cette bande d'abrutis pour que tout le monde soit au courant. »énonça-t-il avec difficulté, sa voix tressautant à chaque sanglot.

Il eut un léger rire après ce constat. Un rire nerveux, dans lequel se mêlait les sanglots. Il était pathétique. Mais le pire, c'est qu'il était absolument conscient de sa situation. Il était foutu. Tout partirait à vau l'eau. Et il en était responsable, il avait voulu ce massacre. Ou plutôt, il avait voulu voir si ce massacre se produirait. Après tout, il avait toujours espéré. Il avait espéré que son père change d'avis en lisant sa lettre, il avait espéré que sa mère s'interpose, parle, dise enfin quelque chose. Mais, c'était impossible, on ne change pas quelque chose dont l'issue est fatale. On ne lutte pas impunément contre son destin, son héritage, il y a des sacrifices.

Il attrapa la lettre, la retournant entre ses doigts. C'était étrange que cela fasse aussi mal de perdre de si minces espoirs. Il la déplia lentement, comme s'il voulait que le contenu ait pu en quelques secondes se métamorphoser. Que les insultes soient devenues compliments, que la dureté soit devenu douceur, la haine amour et que le reniement soit devenu bénédiction. Mais non, il avait pour toujours et à jamais perdu son nom. Il resterait un déshonneur. Ewen hésita quelques secondes puis finalement donna la lettre à Jordan.


« Ce sera plus rapide que tu lises... Tu sais... J'ai encore du mal à réaliser... Et à en parler... »dit-il avant que ses mains ne retournent cacher son visage.

Il se sentait si seul. Il avait envie de hurler. Il voulait tout détruire, lui surtout. Pourquoi continuer ? Ses jambes revinrent se coller à son torse, sa tête se poser sur ses genoux. Pourquoi ses larmes ne se tarissaient-elles pas ? Les mots défilaient devant ses yeux, les accusations, les insultes, les mensonges, les blasphèmes sur la mort de sa sœur. Toute cette lettre n'avait pour but que de l'anéantir. Comment peut-on ainsi vouloir tuer la chair de ses chairs ?


« Jordan... Tu sais... J'aimerai vraiment... être un monstre sans cœur... Peut-être que ça ferait moins mal... »murmura-t-il sans être vraiment certain d'être entendu, sans vraiment être certain de vouloir que cela soit entendu.

_________________________________

" La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder." Oscar Wilde
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jordan MacLane
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 22


Identité
Élève de: 7ème année
Animal: Hiboux/ Chouette
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen    Mer 15 Aoû - 17:31

Jordan était là, assis à côté de la cabane hurlante, qui paraissait d'ailleurs beaucoup moins hantée qu'on le disait, avec une cigarette à la main. Il regardait Ewen sans savoir ni quoi dire, ni quoi faire. Bien sûr, au début, quand il était venu le voir c'était pour lui crier dessus, le traiter de traître et d'autres mots synonymes qui étaient pour le Poufsouffle les pires insultes qui soient. Alors pourquoi ne le faisait-il pas ? Il était censé haïr Ewen, même s'il n'avait jamais été très doué pour ressentir ce sentiment, mais il ne pouvait s'empêcher de le regarder avec de la compassion. Le Serpentard était quelqu'un de fort, du moins c'est l'impression qu'il connait toujours. Alors le voir comme ça, en train de pleurer, c'était plus que bizarre. En fait, ça avait simplement des airs d'impossibles. C'est ça, Jordan avait dû consommer quelque chose d'illicite. Ou alors un puissant hallucinogène.

Il ne voulait pas voir Ewen faible. Il voulait continuer à le haïr, il en avait besoin. Cette vision lui donnait peur. Ça avait des allures de fin du monde et il ne voulait pas voir ça. Mais il ne pouvait pas partir. Il en était totalement incapable. Jordan considérait Ewen comme son ami avant que celui-ci le trahisse. Et même s'il s'efforçait de le détester, il savait très bien qu'il ne pouvait être indifférent aux pleurs de cette personne. Il était trop gentil pour cela. Et surtout, il avait peur que les autres autour de lui souffrent. Aussi bien les gens à qui il tenait qu'Ewen. Parce que le Serpentard c'était quand même un cas à part. On ne peut pas haïr sur commande, si ?

Ce moment était des plus bizarres. Déjà parce qu'il le passait avec Ewen, ce garçon qu'il s'était promis de ne plus jamais approcher. Ensuite, parce que ce même garçon acceptait de lui dire pourquoi il pleurait, comme si c'était normal. Le Poufsouffle n'en revenait pas et s'il ne tenait pas une cigarette, il se serait sûrement claqué ou pincé pour savoir s'il ne rêvait pas. Tout ça était totalement absurde. Et pourtant, Jordan ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il n'avait pas tort. Avec les Serpentards, la moindre nouvelle prenait des proportions énormes, donc ça ne faisait aucun doute que Poudlard allait être au courant, ce qui est affligeant. On ne peut pas avoir de vie privée dans cette école.

Il répondit d'un signe de la tête. En fait, il ne savait pas quoi dire. À ce qu'il avait compris, c'était quelque chose de grave. Logique. Mais en entendant le reste, il était incapable d'ajouter quoi que ce soit. En fait, le blond était resté bloqué sur un mot qu'avait prononcé Ewen. Ami. Et là, c'était trop. Trop. Il l'avait trahi alors que lui, il n'avait envie que d'être son ami. Et maintenant, il lui disait ça. «  Tu es peut-être ce qui se rapproche le plus d'un ami parmi toutes les personnes qui m'entourent. » C'était bizarre. Impensable même.

Jordan se sentait mal en entendant les sanglots du blond. Il culpabilisait tout simplement, même s'il n'avait rien à voir dans l'histoire. Mais il s'en voulait, de ne pouvoir rien faire. Il se rapprocha un peu d'Ewen tout en se demandant comment il allait essayer de le réconforter, alors que ce dernier sortit une lettre. Une simple lettre qui avait l'air d'être à l'origine de son état actuel. Et là encore, le Poufsouffle ne pouvait s'empêcher de se poser des questions. Comment une lettre peut réussir tout ça. À la base, ce n'était pas triste, au contraire. Ça permettait de rester en contact avec des gens à qui on tenait. Enfin, tout ça bien sûr, c'était dans l'esprit un peu trop simplet et plein de bonheur de Jordan. Aussi, quand Ewen la lui tendit en lui disant de la lire, il s'empressa de le faire. S'il voyait ce qu'il y avait dedans, peut-être qu'il pourrait aider le Serpentard, même si ça il en doutait.

Et ce qu'il lut le choqua. Pour lui, quelque chose comme ça était totalement impossible. Cette lettre était un cauchemar. Comment pouvait-on écrire une lettre pareille à son propre fils ? Alors qu'il était en train de lire les horreurs qui se trouvaient sur cette lettre, des larmes lui montaient aux yeux. Ewen était donc renié par ses parents. Déshérité même. Déjà ça, il ne pouvait pas le comprendre. Il avait toujours eu des parents aimants, qui seraient prêts à tout pour lui. Alors voir que ceux du Serpentard étaient capables de l'insulter, de lui reprocher la mort de son propre sort et de le menacer de mort, c'était impossible. Totalement impossible. Ce devait être une mauvaise blague du blond pour le déprimer. Bien sûr, Jordan savait que c'était impossible. Surtout que sa dernière phrase l'acheva. Il voulait être un monstre sans cœur, ce qui était compréhensible, ou du moins, ce qui était la preuve d'une grande souffrance.

« Ewen... »

Il ne savait pas vraiment quoi dire. Mais c'était normal. Qui sait quoi dire dans une situation pareille ? Surtout une situation totalement inconnue à ses yeux. Il essuya ses yeux avec le bout de sa manche. Il n'avait pas à pleurer. Lui, sa vie était belle, parfaite. Il passa son bras autour de l'épaule du blond, comme un essaie de réconfort. Même si dans un cas pareil, ça ne servait sûrement à rien. Et puis, il essaya de dire des phrases simples d'un ton très calme, sans savoir si elle aurait le moindre effet. Mais c'était la seule chose dont il était capable.

« Ça va aller Ewen, ça va aller. On est là, on va t'aider si t'as besoin. »

C'était qui ce « on » ? Il n'en avait pas la moindre idée. Il ne savait pas non plus s'il allait pouvoir aider le Serpentard, même si au fond, il savait très bien qu'il essaierait. Il fallait aider les gens qui en ont besoin, surtout si ce sont des personnes à qui on tient. Et sa mère lui avait toujours dit qu'il fallait les faire rire, parce que c'était le seul moyen d'apaiser la douleur. Jordan n'y avait jamais cru. Il avait toujours pensé que c'était des bêtises dites par les adultes, mais il était quand même le meilleur en matière de connerie, aussi bien pour les faire que pour les dire. Alors autant essayer.

« Et puis, tu peux toujours faire mannequin, tu sais. »

Le Poufsouffle attendait sa réaction. Histoire de voir s'il n'avait pas fait une erreur en disant ça, ce qui risquait d'être le cas. Et il ne savait pas pourquoi, mais là, ça le dérangerait énormément. On n'embête pas les gens qui souffrent.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ewen MacGayl
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 05/06/2012


Identité
Élève de: 6ème année
Animal: Chat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen    Mer 15 Aoû - 22:25

Le bras sur son épaule rassura le garçon. C'était un geste si simple qui lui avait si souvent manqué. Il ne put s'empêcher d'aller se blottir contre l'autre garçon. Pour avoir un peu moins froid sans doute, même si son manteau l'isolait du froid extérieur. Non, ce n'était pas son corps qui souffrait de ce froid glacial. Tout son corps se tourna vers Jordan. Il était la seule personne a qui il pouvait s'accrocher. Une corde que l'on envoyait à quelqu'un au bord du gouffre.

La phrase que Jordan dit lui arracha un nouveau sanglot. On ? Mais bon sang, qui voudrait aider un type comme lui ? Il ne valait rien ! Il n'était qu'un raté ! Ses parents n'avaient pas tort à ce niveau là. Il n'avait même pas été foutu de faire confiance à qui que ce soit. Il n'avait jamais réussi à être sincère. Il n'était qu'une traînée faite de superficialités et de stupidité. Il n'était qu'un imbécile. Méprisable. Il ne comprenait même pas ce que Jordan était en train de faire. Il ne méritait pas cela. Il ne méritait rien.

« On ? Personne ne sera là. J'ai toujours été seul. J'ai toujours voulu être seul... Pour éviter... Pour éviter de pleurer dans les bras de quelqu'un... Pour ne jamais montrer tout ça... Même ça je l'ai raté. »murmura-t-il avec tristesse.

Sa fierté en avait pris un coup. En fait, il ne savait pas si quelque chose était encore intacte en lui. Non, tout était brisé en lui. Un champ de ruine, il avait la sensation de n'être que cela. Un chantier en ruine, quelque chose qui n'avait jamais réussi à se construire. Quelque chose d’abîmé... De sali aussi. Il ne savait plus où il en était. Il ne savait plus quoi faire. Il sentait les larmes sur ses joues. C'était la seule chose qu'il comprenait. Sa faiblesse aux yeux de tous. Une chose impardonnable. Il ne devait pas laisser cela visible...

Ses mains effacèrent avec rage les larmes sur ses joues, au moment où Jordan lançait une hypothèse qui lui fit avoir un léger rire. Lui, mannequin ? C'était une drôle d'idée. Mais pas forcément si mauvaise. Sa tête se releva doucement, ses yeux embrumés se posant dans ceux du Poufsouffle.


« Tu dis ça parce que la superficialité et le côté hautain me correspondent bien ? »murmura-t-il avec un sourire un peu triste.

Au fond, si c'était cela sa pensée, il n'avait pas tout à fait tort. Ewen ne montrait que ces aspects là, les jouait à la perfection. On aurait pu croire cela inné chez lui... Pourtant, ce n'était pas sa nature profonde, bien loin de là. Non, il aurait voulu montrer autre chose. Être autre chose. Mais il n'était qu'une jolie gueule, non ? Un joli corps si trompeur qu'il satisfait n'importe qui. L'absolu de la beauté.


« Tu dis ça parce que tu penses que je ne réussirais jamais autre chose que gâcher les chances qu'on m'offre ?  Que je n'arriverai à survivre qu'en profitant de mon image ? »murmura-t-il non sans penser à ses actes vis à vis de Jordan.

Il se redressa légèrement. Il retrouvait peu à peu la force de penser. Il s'agenouilla, toujours tourné vers le garçon. Ses yeux parcouraient son visage. C'était donc cela le visage d'un ami ? Oui, c'en était un Un qu'il n'éloignerait plus de lui. Il ne voulait plus. De toutes façons, il savait tout à présent. Il n'y avait plus rien à cacher. Ses doigts allèrent se poser sur une de ses joues. Il ressentait sa tristesse, il était triste pour lui ? Comment faisait-il pour se soucier encore de lui après ce qu'il lui avait fait ?


« Je suis désolé, Jordan... Je voulais éviter que tu voies tout ça... Je préférais être le monstre sans cœur. Au moins, tu étais en colère, mais pas triste... Je suis désolé... Pour tout... »chuchota-t-il d'une voix faible, entrecoupé encore de quelques hoquets.

Puis il s'approcha, ses lèvres se posèrent sur celles du garçon. Il ne savait pas vraiment pourquoi. Pour se rassurer sans doute. Parce qu'il avait l'impression que s'offrir à quelqu'un était toujours la solution aux problèmes. Parce qu'il avait envie de sentir à nouveau ses lèvres contre les siennes. Parce qu'il voulait que Jordan reste près de lui. Parce qu'il voulait le remercier. Parce qu'il voulait se faire pardonner. Parce qu'il ne savait faire que cela. Parce qu'il n'était qu'une belle gueule à présent.

Ses bras passèrent autour de son cou, son baiser s'éternisant. Mais il finit par détacher ses lèvres.


« Je fais pitié, n'est-ce pas ? Jordan... Je... Tu seras là pour moi ? Non... »

Ewen recula, se détachant de lui. Qu'est-ce qu'il faisait, bon sang ?

« Oublie ce que je viens de dire. Je t'ai causé assez de problèmes comme ça... »

Le blond reprit délicatement des mains du Poufsouffle la lettre de ses parents. Il la replia, toujours avec cette même lenteur. Il fouilla dans sa poche et sortit un paquet de cigarettes. Il en prit une, et tendit le paquet au garçon. Échange de bons procédés. Son autre main fouilla sa poche, et attrapa son briquet. Il rangea ensuite son paquet. Et sa lettre d'un main, son briquet de l'autre, il hésitait. Même s'il savait que c'était la meilleure chose à faire : brûler ce tas d'insultes et d'infamies. Oublier d'où l'on vient pour savoir où l'on va. Mais ses mains tremblaient, la flamme n'arrivait pas à atteindre le parchemin. Il faisait vraiment pitié...

_________________________________

" La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder." Oscar Wilde
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jordan MacLane
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 22


Identité
Élève de: 7ème année
Animal: Hiboux/ Chouette
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen    Ven 17 Aoû - 21:17

C'était quand même bizarre de sentir la personne dont on ne veut plus entendre parler blotti contre soi. Ce moment arrivait même à lui rappeler des souvenirs assez agréables. Des souvenirs qui n'avaient plus vraiment de raisons d'être. Des souvenirs douloureux dans le fond, quand on y pensait avec le recul. Mais Jordan n'était pas rancunier. Loin de là. Comment pouvait-on continuer d'en vouloir à une personne que l'on voit souffrir. Il faut être complètement fou. Alors alors ne pas avoir de cœur, oui c'était une solution ça aussi, quoi que très rare. Tout le monde avait un cœur, certain essayait de le cacher avec difficulté, sans réelle réussite. En tout cas, Jordan savait pardonner. C'était peut-être la chose qu'il faisait le mieux après faire des conneries avec Jolene. Et il n'y avait pas de raisons qu'il ne le fasse pas. En voyant Ewen comme ça, l'idée de l'engueuler, de lui parler de ce qu'il s'était passé avant n'avait aucun sens. C'était comme un nouveau départ en fait. Un nouveau départ dans leur amitié. Enfin, si le Serpentard acceptait de considérer ça comme de l'amitié. Mais maintenant, avait-il vraiment le choix ?

Et voilà que le blond lui posait des questions sur ce fameux « on. » Peut-être qu'il n'aurait pas dû utiliser ce mot, mais il avait voulu insister sur le fait qu'il n'était pas seul. Bon d'accord, sur le moment, ici, à essayer de le réconforter, il était seul. Mais c'est parce que personne ne savait. Sinon, il y aurait eu d'autres gens pour le réconforter. Ewen n'était pas si détester qu'il essayait de le faire croire. Beaucoup de personnes pensaient qu'il avait un bon fond. D'ailleurs, il en parlait la dernière fois avec Victoria, la préfète de sa maison, qui était d'accord avec lui. Bon, bien sûr, à condition qu'il ne fasse pas de mal à Gabriel. Mais à part ça, il avait leur soutien, ce qui était déjà bien. Peu de Serpentards pouvaient se vanter d'une chose pareille puisqu'en temps normal, les verts faisaient tout pour rabaisser les Poufsouffles.

« Oui, on. Parce que d'abord, moi je se serais là toi, Ewen. Toujours. Et tu ne seras plus seul. Tu pourras pleurer, entouré de personnes qui t'aiment. »

Il marqua une pause. Ce qui était sûr, c'est qu'il ne fallait jamais s'empêcher de pleurer. C'était mauvais. Très mauvais même. Il faut savoir sortir la peine qu'on a en nous pour pouvoir s'en sortir. Et sans ça, on est un peu perdu. On se meurt de l'intérieur. Comme quoi, pleurer, c'est vraiment important. Et puis, avec un ami, c'est mieux. Jordan se disait que ça doit sûrement un peu faire honte au début. Lui, il ne connaissait pas tout ça, il avait une vie quasiment parfaite. Mais il imaginait que se montrer faible, surtout pour un Serpentard, ça ne devait pas être une partie de plaisir.

« Et puis ce on, c'est tous ceux qui pensent comme moi que t'as un bon fond. Et on est plus nombreux que tu le penses, tu sais. »

Autant ne pas préciser, à Poufsouffle. Déjà, parce qu'il ne savait pas ce que les autres maisons pensaient d'Ewen. En ensuite, parce que dans ce genre de situation, on n'a pas vraiment besoin de précisions de ce genre. On peut très bien vivre sans de toute façon. Qui a besoin de ça dans la vie ?

Finalement, il n'aurait pas dû faire cette blague pourrie sur le mannequin. On dirait même que ça l'avait vexé. Après, c'était normal. Qui veut dire mannequin veut dire personne ultra superficielle qui ne s'intéresse qu'à son image. Et ce n'était pas forcément le meilleur moment pour lui mettre ça dans la tête, surtout que le but de Jordan était totalement de celui-là. Il voulait lui changer les idées, pas lui rappelait qu'il plus rien dans ce monde, à part son image. Il ne lui restait plus qu'à trouver une solution pour se rattraper. Parce que c'est toujours important, pour le bien de l'amitié comme certains disaient. Bon, il avait beau ne pas vraiment savoir comment, mais il allait bien avoir une idée. Il avait toujours des idées quand il se mettait dans des galères pas possibles.

« Mais non. C'est juste que les mannequins androgynes, paraît que c'est la mode. »

Androgyne. Voilà le mot parfait pour décrire Ewen. Au début, les premières fois qu'il l'avait vu, il l'avait pris pour une fille. Parce qu'il faut l'avouer, Ewen ressemble autant à une fille que Jolene peut se faire passer pour un garçon. C'est-à-dire totalement. Donc, autant dire que Ewen ferait un parfait mannequin. Du moins, dans le monde moldu, il en était sûr. Après, chez les sorciers, tout se compliquait un peu, à cause des familles de sang-purs, soit-disant importantes. Comme quoi, c'était dur de vivre dans cette société parfois. Enfin, Jordan était persuadé que Ewen serait capable de percer n'importe où. Il fallait l'avouer, ce n'était pas pour rien qu'il pourrait avoir tout Poudlard à ses pieds. Ewen était vraiment beau, et ça tout le monde le remarquait. De toute façon, un blond de ce genre, ça ne peut pas passer inaperçu, c'est évident. D'ailleurs, il n'était pas vraiment sûr que Ewen ait voulu un jour passer inaperçu. Malgré tout, il restait à Serpentard.

La voix du blond le sortit de sa semi-contemplation. Il avait vraiment pitié de lui et ça n'avait pas l'air de plaire au Serpentard qui était en train de s'excuser. Mais pourquoi il s'excusait ? Il n'avait pas à le faire. On se s'excuse jamais auprès d'un ami qui est là pour nous aider. Simplement parce qu'on n'a pas besoin de le faire. Un ami c'est là pour ça. Jordan avait intérêt à lui faire une bonne leçon sur l'amitié. À croire que ça l'aiderait, lui qui ne semblait ne pas vraiment en avoir eu. Mais avant qu'il est eut le temps de dire quoi que ce soit, du style « C'est rien Ewen, c'est normal » ce dernier l'embrassa. Jusque là, rien de très choquant. Jordan avait l'habitude d'embrasser ses amis jusye parce que c'était des amis en fait et qu'ils ont le droit à ces petites attentions qui montrent qu'il tient à eux. Donc ce n'était pas un acte complètement extraordinaire pour le Poufsouffle, au contraire. Mais quand même, ça l'étonnait légèrement. Il ne s'était pas attendu à cette réaction de la part du garçon. Pas du tout. Mais ce n'était pas très grave. Embrasser Ewen, il l'avait déjà fait. Recommencer ne le gênait pas vraiment.

« Je serais toujours là Ewen. Toujours. Et tu es loin de faire pitié. »

Il ne s'étonna quand il fit la réaction un peu brusque d'Ewen. C'était normal, cette situation paraissait tellement inimaginable, même pour lui. Pourquoi était-il ici avec le Serpentard qui osait toucher à son petit protégé, il n'en savait rien dans le fond. Causé trop de problèmes. Bien sûr, ce n'était pas faux. Il l'avait trahi. Mais pardonner est un pas vers ce qu'il considérait d'important. Ses amis. Aussi, il rigola. Mais pas le genre de rire moqueur. Plutôt un rire qui se voulait rassuré. Maintenant, il comprenait la réaction qu'il venait d'avoir à l'instant.

« Des problèmes... Je me suis senti trahi quand tu t'es mis à m'ignorer tu sais. Mais je sais pas pardonner, même si c'est ce que je déteste le plus plus. »

Il accepta la cigarette que le blond lui proposait et l'alluma. Il aimait bien fumer en hiver, ça réchauffe toujours un peu.

« Et puis si j’oublie tout ça, ce serait moi le traître, pour t'avoir abandonné alors que tu as besoin d'amis. Parce qu'on est ami tu sais. »

De sa main libre, il attrapa le bras d'Ewen et l'obligea à monter la flamme vers le parchemin. Comme pour l'aider en fait. Un ami ça a besoin d'être aidé de temps en temps. Bien sûr, il venait de décider ça, sur un coup de tête, sans vraiment demander son avis à Ewen, ce qui ne changeait pas vraiment des décisions que prenait habituellement le Poufsouffle dans le fond.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ewen MacGayl
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 05/06/2012


Identité
Élève de: 6ème année
Animal: Chat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen    Dim 19 Aoû - 18:44

Il n'était pas seul ? C'était étrange, Ewen avait du mal à y croire. Cela sonnait faux en un sens. Mais il avait envie d'y croire, envie de croire que Jordan avait raison. Envie de croire aussi que ce garçon serait toujours là. Qu'il aurait quelqu'un. Il ne put s'empêcher de jeter un regard au Poufsouffle. Il essayait de voir s'il mentait. Il savait déjà la réponse à son interrogation. Jordan ne mentait pas. Mais, c'était si étrange de le savoir si sincère, si proche, si amical. D'autres étaient comme lui ? Vraiment, il existait des personnes absolument étonnantes. Alors si en plus les mannequins androgynes sont à la mode, il ne voyait plus aucun problème... Non, il ne fallait quand même pas exagérer.

C'était étrange à dire, mais les paroles de Jordan rassurait autant le blond qu'elles lui faisaient peur. C'était tellement nouveau pour lui. Et puis, autant de fidélité promise, c'était inhabituel. Il ne promettait jamais rien, du coup, il était aussi habitué à ce que personne ne lui promette rien. Et là... C'était l'assurance de ne plus souffrir en silence, de ne plus endurer les choses seul. C'était un tel changement.

Et puis... Il y eut son aide. Une aide qu'il n'attendait pas. Une pression sur sa main. Il ne résista pas. Ses yeux étaient fixés sur le papier en train de se consumer. Les flammes mordaient le parchemin sans pitié, sans vergogne. Elles s'approchaient chaque seconde un peu plus de ses doigts, il sentait la chaleur sur sa peau. Mais il ne voulait pas lâcher ce qu'il restait de son passé. C'était sans doute stupide, mais, il sentait que ce papier était la dernière chose qui le rattachait encore à eux. Surtout à elle, à sa sœur. Mais lorsque les flammes commencèrent à lui lécher les mains, le papier glissa de ses doigts, et chut sur la neige, tâche noire dans toute cette blancheur. Il resta immobile, ses yeux fixés sur la fumée. Puis il porta le briquet vers la cigarette entre ses lèvres encore éteinte.

Ses yeux se fermèrent. Il ne put empêcher les larmes de couler silencieusement sur ses joues. Tout commençait à présent, il avait droit à un nouveau départ. Il souffla doucement la fumée. Puis, sa main alla chercher celle de Jason, pour l'avoir entre ses doigts, pour être sûr de ne pas être seul.


« Merci... C'est fini, hein ? Je n'aurai pu à les affronter... Je n'ai plus rien, mais au moins, je suis libre maintenant... »murmura-t-il doucement.

Il ouvrit les yeux. Son regard plongeant dans celui... de son ami. Oui. Il était un ami. Il se rapprocha de lui. Il aimait le sentir tout près de lui. Il avait toujours aimé cette proximité avec lui. Dès qu'ils avaient commencé à flirter. Certains corps attirent plus que d'autres. Jordan avait un corps contre lequel le blond aimait se blottir, il s'y sentait en sécurité. Plus encore en cet instant.

« Ils ne t'auraient pas aimé... De toute façon, ils n'aiment personne. »dit-il d'une voix légèrement effacée.

Il souffla à nouveau une bouffée de fumée. Sa tête se posa dans le creux de l'épaule du garçon. En fait, ils n'aimaient rien de ce qu'Ewen pouvait apprécier. Alors, un garçon, de sang impur, qui acceptait ses baisers, grand Dieu, pas de ça chez les MacGayl ! Le blond alla encore voler ses lèvres quelques secondes. C'était un vrai plaisir... Que de braver ainsi toutes les valeurs que sa famille avait voulu lui inculquer. Il essuya les dernières larmes sur ses joues. Tout était fini, il fallait tourner la page à présent. Aussi, il se leva, et tendit une main à Jordan.


« Jeune homme, m'accorderiez vous une valse pour fêter le nouveau départ de notre amitié ? »demanda-t-il avec un embryon de sourire sur ses lèvres.

Il aurait pu feindre une sérénité totale, mais à quoi bon ? Il préférait être sincère face à Jordan. Ses nerfs seraient encore fragiles pour de nombreux jours. On ne devient pas orphelin sans souffrance.

_________________________________

" La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder." Oscar Wilde
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jordan MacLane
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 22


Identité
Élève de: 7ème année
Animal: Hiboux/ Chouette
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen    Lun 27 Aoû - 19:05

La solitude. Aussi loin qu'il s'en rappelait, Jordan ne se souvenait pas l'avoir vraiment connu. Bien sûr, avant, il n'avait pas énormément d'amis mais toujours suffisamment pour ne pas éprouver ce sentiment étrange. En fait, il en avait simplement peur puisque c'était totalement contre sa nature. C'était peut-être ce qui avait le plus de chance de le faire souffrir un jour, ça il n'en doutait pas et c'est pour ça qu'il veillait toujours sur ceux à qui il tenait. La solitude doit vraiment être une sensation horriblement désagréable, quelque chose que personne n'a vraiment envie de vivre. Alors, il ne pouvait être que triste en voyant le Serpentard comme ça. Enfin, c'était totalement impensable de se dire qu'on puisse laisser une personne comme ça, seule. Surtout qu'Ewen n'est pas une mauvaise personne. Juste un peu incompris. C'est ce qu'il avait toujours pensé du moins.

Le Poufsouffle se sera un peu plus contre le Serpentard quand celui-ci lui prit la main. Au fil des années, il avait eu besoin de plus de contacts physiques avec les gens. C'était une manière pour lui d'exprimer un peu tout ce qu'il ressentait, et à ce moment un mélange d'affection et de compassion. Et pourtant, si quelqu'un passait à ce moment-là, il serait sûrement choqué vu que les deux blonds ne s'adressaient officiellement plus la parole et que Jordan est très protecteur envers Gabriel, ce qui n'était pas censé arranger les choses après l'article de journal. Et pourtant, les miracles, puisque s'en ait à moitié un, existaient bien. La preuve, il était là. C'était important, non ?

« Et ouais, Ewen. Libre. Tu te rends compte de comment on va pouvoir s'amuser ? »

Jordan n'avait jamais réalisé à quel point sa vie semblait différente de celle de son ami. Lui, il avait toujours connu la liberté. Ses parents lui faisaient suffisamment confiance pour qu'il puisse faire ce qu'il veut tout en étant aimé. Autant dire que sur le coup, il s'en voulait un peu. Bien sûr, il n'y pouvait rien. Le Serpentard était juste né dans la mauvaise famille. Mais même, le Poufsouffle ne supportait pas de penser que certains avaient souffert pendant que lui il s'amusait. C'était contraire à ses principes. Seulement voilà, quoi dire face à des adultes soi-disant responsables de tout lorsqu'on est à peine majeur ? Rien. Et ça, il l'avait hélas compris bien trop tôt.

En tout cas, l'avenir semblait mieux. Plus beau, plus joyeux. Bien sûr, c'était sans compter tout ce qui se passait en dehors de Poudlard et qui semblait inquiétant si on croyait ce qui se disait en dehors du ministère. Mais pour le moment, ils étaient encore à l'abri dans l'école de sorcellerie, et rien ne pouvait vraiment leur arriver. Alors maintenant, même s'il ne savait pas ce que Ewen allait faire, il n'avait plus qu'à espérer que tout se passe bien. Il ne pouvait pas vraiment faire grand-chose d'autre, à moins que le blond le lui demande. Mais sinon, il n'était pas devin, même le professeur de Divination le dirait.

Jordan eut un nouveau pincement au cœur en entendant Ewen parlait de ce qui était sûrement sa famille. « Ils n'aimaient personne. » Pour lui, ce n'était pas réalisable. Ses parents à lui aimaient tout le monde et quel que soient l'origine et les histoires de sang. C'était ça de venir de deux mondes totalement différents.

Avant qu'il n'ait eu le temps de faire quoi que ce soit, Ewen l'embrassait. Encore. C'était bizarre, pour des amis. Rare aussi. Il n'y a pas extrêmement de gens qui s'embrassent juste pour ça. Mais bon, il n'y avait pas grand-chose à dire. Jordan n'avait jamais été gêné par ça. Et qui sait, peut-être qu'un jour, Victoria viendrait leur expliquer que c'est des choses qui ne se font pas entre amis. Oui, il la voyait bien les raisonner, ça ressemblait bien à la préfète de sa maison. En tout cas, ça serait marrant, un moment inoubliable.

Il se leva quelques secondes après le Serpentard pour accepter de danser avec lui. Oh, il ne savait pas vraiment danser la valse. Mais ça n'avait rien d'important tous ça. Le plus important était quand même la raison pour laquelle ils allaient la danser.

« Oui, fêtons cette superbe amitié. »

Jordan lui fit un grand sourire tout en essayant de ne pas trébucher. Les vieilles danses, ce n'étaient pas vraiment son truc. Il n'avait jamais senti le besoin d'apprendre, aussi, il se rétamait totalement à la limite de ne pas tomber. Mais c'était marrant, ce qui était au final le plus important.

Il hésita puis finit par se baisser pour ramasser une boule de neige qu'il envoya sur Ewen en rigolant. Il avait toujours adoré les batailles de boules de neige. C'était tellement marrant, et aussi loin qu'il s'en rappelait, ça lui avait toujours permis momentanément d'oublier ses problèmes. Autant dire que le Serpentard devait en avoir pas mal besoin à ce moment, il le voyait, il était triste, ce qui était sûrement normal.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ewen MacGayl
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 05/06/2012


Identité
Élève de: 6ème année
Animal: Chat
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen    Sam 23 Mar - 18:10

Libre. Dans la bouche de Jordan, ce mot semblait moins abstrait. Il avait l'impression qu'il pouvait presque comprendre le concept. Même si la liberté en ces temps obscurs ne valait pas grand chose. Il serait libre de mettre sa tête à prix... Oui, c'était à peu près la seule chose qu'il pourrait faire en sortant de Poulard. Il n'avait plus beaucoup de temps pour en profiter alors. Deux courtes années, s'il ne mourrait pas pendant les vacances d'été. Mais au moins, il saurait ce que ça fait de ne plus avoir de compte à rendre à qui que ce soit. Oui, ils allaient pouvoir s'amuser, et il comptait bien sur Jordan pour l'aider à cela.

Dire qu'il avait failli passer à côté de ce garçon, l'éviter pour de fausses bonnes raisons. C'était stupide. Il aurait voulu pouvoir se gifler un bon nombre de fois pour ça. Franchement, il fallait qu'il arrête maintenant de s'enfermer dans sa tour de mépris. Et danser dans la neige avec un Poufsouffle avec le sourire aux lèvres, cela lui semblait être plutôt un bon début ! Même si celui-ci était aussi habile qu'un Mimbeltonia... Au moins, cela rendait la chose drôle. Vraiment très drôle. Ewen ne put s'empêcher d'avoir un rire en le lâchant, abrégeant ses souffrances.


« Et avec tes talents de danseurs, elle est bien fêtée... »pouffa-t-il en gardant un petit sourire.

Il se sentait étrangement partagé entre son envie de rire, de jouer, de vivre tout simplement, et l'envie de s'isoler dans un coin inaccessible du château et pleurer des jours durant. Mais vu la situation, il ne pouvait réaliser que la première option. Et si la seconde finissait par se réaliser, il savait que Jordan serait le premier à l'incendier de s'être ainsi laissé aller... Ewen restait légèrement pensif, ne prêtant pas attention aux mouvements de son camarade. Il fallut qu'il reçoive sur l'épaule une boule de neige pour retomber sur terre, quelques flocons avait réussit à atteindre son cou, fondant de façon assez désagréable.


« Hey ! C'est pas du jeu ! »lâcha-t-il en se déplaçant un peu, surpris.

Mais il ne tarda pas à attraper une petite quantité de neige pour la rouler en une boule presque parfaite, et l'envoya en plein dans la tête de Jordan. Héhé, il fallait bien que leurs entraînements draconiens au Quiditch servent à quelque chose ! Au moins, maintenant, il savait parfaitement viser la tronche des gens lors des batailles de boules de neige. Il eut un rire victorieux en voyant qu'il avait réussi son coup. On se réjouit de ce qu'on peut, hein.

Il se pencha pour avoir une munition sur lui, et s'approcha de Jordan. Avec un fin sourire. Il s'attendait à des représailles... Quoique, c'était lui qui l'avait cherché après tout non ? Il demanda tout de même par acquis de conscience.


« Je t'ai pas fait mal ? »

Oui... Ewen qui s'inquiète d'avoir fait mal à quelqu'un, c'était assez surréaliste, mais en même temps, il semblait plutôt sincère dans sa question. Il se risqua même à faire quelques pas de plus pour pouvoir enlever la neige qui était resté sur son visage. Ses doigts parcourant délicatement son visage et ses cheveux pour en enlver les éclats de neige. Baissant dangereusement sa garde...

_________________________________

" La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder." Oscar Wilde
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jordan MacLane
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 22


Identité
Élève de: 7ème année
Animal: Hiboux/ Chouette
Ton inventaire?:

MessageSujet: Re: Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen    Sam 30 Mar - 19:39

Quand le méchant Serpentard devenait aussi gentil et adorable qu'un honnête et parfait Poufsouffle, on pouvait se dire que le monde tournait à l'envers. Bien sûr, Jordan n'était pas aussi exigeant que sa préfète sur les qualités que se devaient de montrer les élèves de sa maison mais même elle aurait été obligé de contempler le changement. Et quel changement ! Ewen qui s'inquiète s'il s'est fait mal, ça n'a pas de prix. Il avait l'impression d'être dans un de ses rêves où les choses s'arrangeaient finalement. Celui où ses amis ne risquaient plus rien, ne souffraient plus. C'était d'ailleurs pourquoi le mot impression convenait parfaitement. Jordan n'était pas super empathique au point de se mettre à pleurer en ressentant la douleur de la personne – et heureusement – mais vivre au contact de parents apeurés, inquiets et toujours un peu plus mal chaque jour depuis le retour de Lord Voldemort, ça a quand même une incidence. Le blond n'était pas aussi heureux qu'il le laissait paraître à l'instant. De toute façon, personne ne pouvait vraiment l'être après une telle lettre. Alors quoi ? La seule chose dont le Poufsouffle pouvait se réjouir c'est qu'il n'était pas en train de se morfondre.

L’irlandais n'était rancunier, au contraire. Seulement, il n'était pas spécialement fan de se recevoir une boule de neige en pleine figure. Non, une action pareille appelle à la vengeance la plus horrible qui soit. Souvent, il s'agit de chatouilles, mais là, il fallait un peu innover, toujours trouver plus marrant. C'est d'ailleurs pour cela qu'il décida de faire tomber le blond par terre. Une bataille de boule de neige, c'est drôle. Se rouler dedans, c'est encore mieux. C'est pour cela que Jordan se retrouva au même instant à terre en compagnie de l'autre blond. Bon, en réalité, il n'avait pas réellement prévu cela. Il comptait rester debout à la base, mais le Poufsouffle n'est pas toujours doué, c'est bien connu. Il attrapa pour la glisser dans le cou de son ami avant d'arrêter son geste. Non, il ne fallait pas qu'il tombe malade.

« J'aime la neige. »

Il lâcha la boule qu'il tenait pour aller prendre la main du blond. Froid. Tout était froid malgré les différentes couches de vêtements qu'ils portaient.

« Et les gâteaux qu'on mange le soir de Noël. Le beau temps aussi. Le vent et les oiseaux qui vont avec parce qu'ils sont beaux et majestueux comme inaccessibles. Sauf quand ils sont blessés, on doit s'en occuper. Et toi. »

Allongé dans la neige, les pensées de Jordan avaient tendance à ne plus vouloir dire grand-chose. Une suite d'idées qui allaient quand même les unes avec les autres. Rien de plus. Cette conversation avait tellement l'air hors du temps – hors du monde lui-même – qu'il avait l'impression qu'il pouvait tout dire, que tout serait compris quoi qu'il arrive. Quand il pensait qu'il l'avait d'abord suivi pour lui crier dessus, lui montrer toute la fausse-haine qu'il avait tenté d'accumuler pour lui faire comprendre qu'abandonner quelqu'un c'est mal. Son projet avait été assez chamboulé dans le fond. Si on lui avait demandé la veille, il aurait été persuadé de ne jamais pardonner. Finalement, la vie ne se passe pas toujours comme on le pense, même lors des décisions personnelles.

Il sortit à nouveau son paquet de cigarettes, en passa une à Ewen avant d'allumer la sienne. Tout était calme, beau. Des fées seraient apparues qu'il aurait trouvé ça normal. Totalement normal. Il regarda le ciel bleu, recrachant sa fumée.

« Faut que tu continues à sourire. Toujours sourire sans se mentir, c'est important. »

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen    

Revenir en haut Aller en bas
 

Toi, moi, ton cadavre et une maison hantée • Ewen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Huit personnes dans une maison hantée, ça va pas être la jo... AAAAAAH ! C'ETAIT QUOI CE BRUIT ?!
» La maison hantée [Rang C, Solo]
» Lieux hanté en 1692 dans l'ain
» C'est une maison hanté ça ? Je dirais plus une maison de poupée ( April et Kol)
» « L’aventure est dans chaque souffle de vent. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le chant du Phénix :: Pré-au-lard :: La cabane hurlante-